VDB: "Adieu podium !"

Eric de Falleur
VDB: "Adieu podium !"
©Photonews

L’Anversois a réussi un chrono moyen; il recule au classement

BESANCON Jurgen Van den Broeck n’a sans doute pas passé une si bonne soirée que cela, hier. Et même sa nuit a peut-être été agitée.

Après le chrono d’hier, où il fut simplement moyen (26e à 3:09 de Wiggins), l’Anversois n’a certainement pas rêvé de gagner le Tour, dans douze jours et même la perspective de monter sur le podium commence à prendre des allures de mirage pour le coureur de Morkhoven, déjà retardé de 5:20 au classement général.

Par comparaison, rappelons que lors du dernier Dauphiné , VDB s’était classé 11e du contre-la-montre. Ce jour-là, sur 53 kilomètres, soit douze de plus qu’hier, il n’avait concédé que 2:12 à Wiggins, analysant sa performance d’alors comme une victoire. Hier, c’est plutôt avec un goût amer que VDB se sera plongé dans les classements.

Car s’il demande toujours qu’on le compare à ceux qu’il désigne comme ses rivaux directs pour une place, Nibali ou Menchov par exemple, il aura constaté que, loin de leur reprendre du temps concédé sur incident mécanique samedi, il en a perdu encore.

“Je ne serai jamais un spécialiste des contre-la-montre” , se défendait-il. “Je voulais limiter le retard; je crois avoir fait ce que je devais (NdlR : au moment où il s’exprimait, il n’avait ni son temps, ni sa place, ni ceux de ses adversaires), j’ai fait ce chrono à bloc. J’ai toujours réussi à conserver mon rythme et je n’ai pas connu de passage à vide, je pense même avoir bien fini. Par rapport à Cancellara, le meilleur rouleur des dix dernières années plus puissant et musclé que moi, je ne perds pas tant que cela. En perdre autant par rapport à Wiggins, on savait que ça arriverait. Il est vraiment hors catégorie. J’ai donné tout ce que j’avais. Je peux oublier le podium, mais je veux encore me montrer dans ce Tour.”

Dès mercredi, dans les Alpes, VDB va devoir se montrer et il compte bien le faire. “Le Tour doit encore durer presque deux semaines et la montagne doit seulement commencer” , fait-il remarquer. “Songez qu’on n’a pas encore escaladé un seul véritable col depuis le départ. Les jambes sont bonnes et j’ai toujours autant le moral et d’ambition qu’à Liège.”

Au point qu’il aurait bien snobé la journée de repos d’aujourd’hui. “Je m’en serais bien passé” , avouait-il. “On aurait pu courir et continuer le Tour. Ce sont des jours où il faut quand même s’entraîner et rester concentré sur la course. Le seul point positif, c’est que mercredi, l’étape va aller crescendo. Il y a deux ans, on avait directement repris par un vrai col et une grosse étape. Cette fois, ce sera plat au début, puis il y aura un col de 2e catégorie avant le Grand Colombier, situé loin de l’arrivée. Ça permettra de monter en puissance.”



© La Dernière Heure 2012


Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be