Contador: "Pas les meilleures sensations"

Alberto Contador n’a pas connu une journée transcendante, hier, et, malheureusement pour lui, c’est arrivé dans une des étapes reines de ce Tour.

Eric de Falleur
Contador: "Pas les meilleures sensations"
©Belga

Alberto Contador n’a pas connu une journée transcendante, hier, et, malheureusement pour lui, c’est arrivé dans une des étapes reines de ce Tour. "Je n’avais pas les meilleures sensations", avouait l’Espagnol, finalement tout heureux d’avoir pu conserver sa deuxième place plutôt que d’avoir menacé réellement Froome. "J’avais les jambes dures et j’ai souffert de déshydratation. Finalement, la météo était meil-leure que prévu. J’étais motivé par la perspective du mauvais temps, mais ce ne fut pas le cas. Il y a eu une grande humidité et de la chaleur."

Pourtant, dès le début de l’étape, l’équipe Saxo-Tinkoff a tenté de mettre le feu aux poudres et d’emballer les débats, avant d’en payer le prix sur la dernière montée de l’Alpe d’Huez. "Oui, mais, une fois que les attaques sont parties, j’ai préféré monter à mon rythme car c’était long", disait encore le Madrilène. "Dans la descente de Sarenne, nous n’avons pas vraiment attaqué avec Kreuziger, nous voulions ne pas prendre le moindre risque en étant devant le groupe. Nous avons pris du temps, mais il aurait fallu être plusieurs devant, pas uniquement nous deux. Nous savions que derrière, Movistar menait la chasse. La chose la plus intelligente a été d’arrêter et d’attendre le groupe."

Touché au genou droit, mardi, Contador ne s’en est pas plaint. "Au début de l’étape", disait-il encore, "c’est douloureux, mais une fois qu’il est chaud, je n’ai pas de problème. On verra demain (ce vendredi) car c’est encore une étape très dure, comme celle de samedi. Pour la victoire dans le Tour, cette étape-ci était certainement une belle occasion, mais je n’avais pas les jambes…" Et le double vainqueur du Tour veut toujours trouver matière à l’optimisme un peu partout. "Je n’ai pas vu la défaillance de Froome, mais j’ai été surpris qu’il attaque à douze kilomètres du sommet, ce que je n’aurais pas fait", remarquait Contador. "Après, il a été lâché par Quintana et Rodriguez. Preuve qu’il est peut-être friable…"



Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be