Pour remporter le Tour de France, il faudra être costaud et... très chanceux

La nouvelle est tombée au matin du grand départ: une équipe sera exclue dès l'instant où deux membres de sa "bulle" de 30 (coureurs et staff) sont contrôlés positifs en moins de sept jours. On se dirige donc vers une gigantesque loterie. Un commentaire de Nicolas Christiaens.

Pour remporter le Tour de France, il faudra être costaud et... très chanceux
©D.R.
Christian Prudhomme s'est empressé de préciser que cette décision venait de la "cellule interministérielle de crise". En résumé, les politiques français ont donné leur feu vert au Tour de France et au symbole de retour à la normale qu'il représente tout en étant prêts à le torpiller au bout de quelques jours, voire avant même son départ puisque deux membres du staff de la Lotto-Soudal ont été contrôlés "non-négatif" ces derniers jours et qu'à l'heure d'écrire ces lignes, un doute plane toujours sur la présence des huit coureurs de la formation belge sur la ligne de départ, à Nice, sur le coup de 14 heures.

Mardi dernier, la formation Bora-Hansgrohe avait été privée de Bretagne Classic à cause d'un cas positif au coronavirus. Dans la foulée, le coureur avait été retesté... négatif. Ralph Denk, le patron de l'équipe allemande, était alors monté au créneau: "On sait que les tests ont un certain taux d'erreurs et produisent des faux positifs. Il se peut donc que vous ne soyez pas autorisé à concourir en raison d'une fausse conclusion. Des ajustements doivent être faits immédiatement."

Que se passera-t-il si, en troisième semaine du Tour, un mécanicien et un masseur de la formation de Thibaut Pinot sont contrôlés...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...