Dopage mécanique: y a-t-il déjà eu un vélo truqué au Tour de France ?

Cela fait plus de dix ans que le dopage mécanique est régulièrement évoqué dans le peloton. Mais le Tour de France est-il concerné ?

La Rédaction
Dopage mécanique: y a-t-il déjà eu un vélo truqué au Tour de France ?
©AP

Alors que le Tour de France 2022 approche à grands pas et que, comme chaque année, il sera l'occasion pour de nombreux médias d'évoquer le dopage dans le cyclisme, il convient de rappeler qu'aucun cas avéré de dopage mécanique n'a jamais été décelé sur la Grande Boucle, ni même dans une autre compétition professionnelle de cyclisme sur route.

De nombreuses accusations, peu de preuves

Si le dopage - et surtout la lutte contre le dopage - a connu un grand boom aux yeux du grand public à la fin des années nonante, avec notamment l'affaire Festina pendant le Tour de France 1998 et le retrait des sept succès de Lance Armstrong dans la foulée, il n'est question du dopage mécanique "que" depuis une douzaine d'années dans le cyclisme professionnel. Tout a commencé en 2010, après le doublé Ronde-Roubaix de Fabian Cancellara. Le Suisse a été rapidement accusé par les médias italiens d'avoir triché, à l'aide d'un moteur dissimulé dans son vélo.

Depuis lors, les soupçons refont surface à intervalles réguliers. Notamment ceux venant de

l'ancien coureur Phil Gaimon, auteur d'un livre sur le sujet

, et plus récemment ceux de

Frans De Cock, le patron de la société Quick-Step

.

Depuis cette époque, plusieurs coureurs ont été accusés.

Jean-Pierre Verdy

, ancien directeur du département des contrôles à l'Agence française de lutte contre le dopage, avait notamment déclaré il y a quelques années que "près de 12 coureurs avaient un moteur sur leur vélo durant le Tour de France 2015." Sans avancer de preuves ni de noms.

Chris Froome, qui a justement remporté le Tour 2015, défrayait alors la chronique avec ses attaques "mobylette" qui paraissaient peu naturelles. Le Britannique a d'ailleurs beaucoup attiré l'attention lors de la Vuelta 2017, qu'il a remportée, avec une vidéo où son vélo semble avancer tout seul une fois la ligne d'arrivée franchie.

L'année dernière,

au moins trois coureurs du Tour 2021 avaient mené leur propre enquête

sur les performances de certains de leurs collègues. Un "bruit métallique" suspect avait alors été évoqué.

Un seul cas avéré: Femke Van den Driessche

En 2016, le premier (et unique à ce jour) cas de dopage mécanique confirmé était puni par l'UCI lorsqu'un moteur a été découvert dans le vélo de la Belge

Femke Van de Driessche

lors des championnats du monde Espoirs de cyclo-cross. La jeune femme de 19 ans avait mis un terme à sa carrière deux mois plus tard, refusant de se défendre devant l'UCI.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be