Le rêve jaune de Mathieu van der Poel débute sur le chrono: "Si je perds 10 ou 15 secondes, c’est top"

Mathieu van der Poel veut limiter la casse ce vendredi pour rêver du maillot jaune.

Le rêve jaune de Mathieu van der Poel débute sur le chrono: "Si je perds 10 ou 15 secondes, c’est top"
©BELGA

La présentation des équipes, au parc Tivoli, mercredi soir, a mis en exergue la passion des Danois pour leurs champions nationaux. Mention spéciale à Jonas Vingegaard (Jumbo-Visma) et Mads Pedersen (Trek-Segafredo), particulièrement ovationnés. Mais le public de Copenhague est un public de connaisseurs. C'est pourquoi il a aussi particulièrement encouragé un certain Mathieu van der Poel. "C'était tout simplement fou, résume le Néerlandais. Ce n'est pas la première fois que je viens au Danemark et l'atmosphère y est toujours fantastique."

Elle le sera encore jusqu'à la fin de la semaine. À commencer par le contre-la-montre de vendredi dans les rues de la capitale danoise. Un prologue lors duquel MVDP portera un nouveau maillot (et des nouvelles couleurs puisque Alpecin-Fenix est devenu Alpecin-Deceuninck), une combinaison ultra-aérodynamique spécifiquement conçue pour l'occasion. Et estimée à plus de 3 000 euros. "Il a été préparé pour moi et je n'ai pas encore eu l'occasion de le tester, expliquait van der Poel jeudi matin. On a fait quelques changements dans les détails, au niveau du guidon notamment."

Des changements que le Néerlandais a découverts jeudi après-midi, lors d'un test grandeur nature. Il espère qu'ils lui permettront de grappiller de précieuses secondes pour limiter la casse sur les vrais spécialistes, même s'il a montré lors du Giro (où il a porté le maillot rose) qu'il avait cette capacité à se transcender dans les moments importants. "C'est un parcours qui ressemble au chrono de Budapest durant le Tour d'Italie. Il y a beaucoup de virages et peu de lignes droites, cela peut me convenir. Il va falloir limiter les dégâts. Si je ne perds que 10 ou 15 secondes sur le premier, ce serait top. Cela me permettrait d'essayer quelque chose après, notamment lors de l'étape des pavés. J'ai l'impression que ce sera un peu plus compliqué d'aller chercher le maillot jaune que l'année dernière. Mais je vais y aller à fond et on verra."

Dans le train de Philipsen pour les sprints

Pas de calcul, donc. Mais un rôle bien défini. Sur les étapes plates, van der Poel fera partie du train du Belge Jasper Philipsen. Mais il pourra évidemment jouer sa carte sur les autres étapes. Un peu comme il l’avait fait au Giro, en se montrant superoffensif, même durant la troisième semaine, quand les profils semblaient moins lui convenir.

"On verra si je serai aussi bien dans la troisième semaine du Tour que je l'ai été au Giro, où j'avais de bonnes jambes, explique-t-il. On va voir comment mon corps va réagir. J'ai terminé le Tour d'Italie fatigué et cela a été un peu compliqué de reprendre l'entraînement. Mais ces 15 derniers jours, je me suis senti beaucoup mieux. Je suis dans la forme espérée. Et je suis impatient de commencer mon deuxième grand tour de la saison."

Dont il sera, forcément, l’une des grandes attractions.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be