Ganna-van Aert: le match des rouleurs pour le maillot jaune à Copenhague

Rik Verbrugghe décrypte les caractéristiques des deux meilleurs spécialistes du chrono.

Ganna-van Aert: le match des rouleurs pour le maillot jaune à Copenhague
©Montage

Cinq ans après le succès de Geraint Thomas dans les rues de Düsseldorf, le Tour de France s’ouvre à nouveau par un contre-la-montre individuel. Une opportunité rare, donc, pour les meilleurs rouleurs du monde d’endosser le maillot jaune qui promet une solide bataille sur les 13,2 kilomètres d’un parcours urbain tracé dans les rues de Copenhague.

De la piste cyclable du pont de la Reine Louise aux Jardins de Tivoli en passant par la Petite Sirène, le duel annoncé entre Filippo Ganna et Wout van Aert s’annonce à suspense. Pour décrypter les caractéristiques des deux meilleurs spécialistes de l’exercice (médaillés d’or et d’argent des deux derniers Mondiaux), nous avons donné la parole à Rik Verbrugghe. Ancien champion de Belgique du contre-la-montre (2000), celui qui est aujourd’hui le manager sportif de l’équipe Israël-Premier Tech de Chris Froome reste le détenteur du prologue le plus rapide de l’histoire (58,874 km/h sur les 7,6 km tracés dans Pescara).

1. La puissance : "Sur un parcours plat, c’est la force pure qui parle"

Van Aert : "Le degré de compétitivité de Wout dans le chrono ne s'explique, à mes yeux, pas principalement par sa puissance naturelle mais plutôt par un profil extrêmement complet et ce que l'on appelle dans le jargon un 'gros m oteur' . Il utilise cette capacité naturelle à savoir soutenir des efforts très intenses dans un contre-la-montre comme dans une longue montée de col par exemple. Je ne le définirais donc pas comme un authentique spécialiste de l'effort solitaire, même s'il y est très performant, car le cataloguer de la sorte serait à mon sens réducteur."

Ganna : "Avec son double titre de champion du monde de la spécialité, l'Italien incarne tout naturellement la référence actuelle dans l'exercice du chrono. Il dégage une puissance assez phénoménale qui s'exprime d'autant mieux que le parcours reste plane puisqu'il possède tout de même une solide carcasse (NdlR : 83kg pour 1m93). Lorsque le tracé d'un contre-la-montre propose un relief escarpé, le rapport entre poids et puissance est un critère déterminant, mais lorsque le relief demeure totalement linéaire comme ce sera le cas à Copenhague, c'est vraiment la force pure qui parle alors. Et là, le coureur de chez Ineos conserve, selon moi, un petit avantage sur Wout. Il s'est construit comme cycliste en grande partie sur la piste et dans l'exercice de la poursuite (4 fois champion du monde)."

2. L’aérodynamisme : "Ganna, c’est un esthète sur son vélo de chrono"

Van Aert : "Wout a beaucoup travaillé sa position ces deux dernières années et semble avoir trouvé une posture très efficace sur sa machine. Comme Ineos, son équipe Jumbo-Visma investit beaucoup dans la recherche et le développement du matériel car les récents résultats démontrent qu'une victoire dans un chrono se joue parfois à une poignée de secondes. Les désormais célèbrent 'gains marginaux' peuvent s'avérer déterminants."

Ganna-van Aert: le match des rouleurs pour le maillot jaune à Copenhague
©BELGA

Ganna : "L'Italien est un véritable esthète sur son vélo de chrono, sa position est proche de la perfection théorique avec ce dos pratiquement plane. Même si l'équipement et le vélo sont évidemment très importants, le premier critère déterminant dans l'aérodynamisme d'un coureur tient dans sa morphologie : la longueur de ses bras et de ses jambes, la largeur de ses épaules, etc. Je ne connais pas les données des tests en soufflerie de Ganna, mais il ne fait pas de doute qu'il est extrêmement efficace sur ce point (rires)."

3. La technique : "Piloter un vélo de chrono, c’est très particulier"

Van Aert : "En faisant toutes ses gammes dans le cyclo-cross, Wout van Aert a développé une réelle agilité sur son vélo et une technicité extrêmement développée. Il possède un bagage plus complet que Ganna mais le pilotage d'un vélo de chrono constitue un exercice très particulier dont la maîtrise s'acquiert principalement lors de séance sur cette monture spécifique. L'Anversois a un excellent sens de la trajectoire, un paramètre important sur un tracé urbain que les coureurs ne pourront repérer en conditions réelles que ce vendredi matin."

Ganna : "Lorsqu'on le voit évoluer dans un chrono, on sent Ganna très à l'aise sur son vélo de chrono. Il dégage une sorte de maîtrise très naturelle d'une monture avec laquelle il ne semble faire qu'un. Dans les courbes larges négociées à haute vitesse, il garde le plus souvent les bras posés sur ses prolongateurs, ce qui constitue un avantage sur le plan aérodynamique."

4. Le mental : "La domination de Ganna pourrait booster Wout"

Van Aert : "Dans les duels directs qui les ont opposés jusqu'ici (NdlR : voir infographie), Wout n'a devancé qu'une seule et unique fois son rival de chez Ineos. Une situation qui pourrait le faire quelque peu gamberger… ou au contraire le booster. L'Anversois pourrait en effet tirer une motivation supplémentaire de ce bilan en souhaitant démontrer sur la plus grande course du monde qu'il est bel et bien capable de battre le double champion du monde de la spécialité. Ce chrono est un rendez-vous important pour van Aert mais ne constitue pas son seul objectif du Tour. S'il ne s'empare pas du maillot jaune vendredi soir, il pourrait le faire dans les jours suivants. Il visera aussi le maillot vert. Ses pensées ne sont donc pas exclusivement tournées vers cette première étape."

Ganna : "Le chrono inaugural de ce Tour de France, c'est l'objectif majeur de l'Italien sur cette Grande Boucle. En 2020 comme en 2021, il a remporté à chaque fois le contre-la-montre qui ouvrait le Tour d'Italie et a donc endossé le maillot rose dans la foulée. Il rêve donc désormais de se parer de jaune et sait comment préparer au mieux un rendez-vous de cette nature. Je crois d'ailleurs que c'est cette perspective qui l'a poussé à privilégier le Tour au Giro. Car on sait à quel point ce dernier est important pour un coureur italien…"

Ganna-van Aert: le match des rouleurs pour le maillot jaune à Copenhague
©IPM Graphics


"Je veux ajouter le jaune à mon musée"

Les clichés ont décidément parfois la vie dure. Parce que l’Italie demeure le pays de l’élégance et de la coquetterie vestimentaire, il a beaucoup été question de… la garde-robe de Filippo Ganna mercredi, lors du point presse de sa formation Grenadiers. Double champion du monde en titre du contre-la-montre, le Piémontais déboulera ce vendredi dans les rues de Copenhague avec l’arc-en-ciel sur le poitrail après être reparti de San Giovanni al Natisone mercredi dernier avec un troisième paletot tricolore de champion national de la spécialité.

"Après avoir porté le maillot rose sur le Giro (NdlR : en 2020 et 2021), j'aimerais désormais ajouter le jaune à mon petit musée, sourit Ganna. J'ai pu constater lors du championnat d'Italie de contre-la-montre que ma forme était vraiment bonne (il y a devancé Cattaneo de 37 secondes sur un parcours de 35,6 kilomètres) et je compte donc bien la mettre à profit ce vendredi sur mon tout premier Tour de France. Est-ce que mon statut de favori pour cette première étape installe une forme de pression sur mes épaules ? La seule chose qui m'inquiète actuellement, c'est de savoir ce qu'il y aura à manger la veille au soir (rires). Ce serait stupide d'abandonner de l'énergie dans ce type de considérations… Je m'immergerai totalement dans le sujet vendredi matin, lors de la reconnaissance d'un parcours que nous effectuerons en conditions réelles. J'ai déjà repéré le tracé sur mon ordinateur, mais cela n'a rien de comparable…"

Ganna-van Aert: le match des rouleurs pour le maillot jaune à Copenhague
©AFP

Un rendez-vous lors duquel celui qui a remporté quatre des cinq chronos qu’il a disputés cette année (battu par Bissegger sur celui de l’UAE Tour) s’attend forcément à retrouver son meilleur ennemi, Wout van Aert.

"La perspective du premier maillot jaune de ce Tour motive forcément à 110 % tous les spécialistes. Et Wout constituera inévitablement l’un des adversaires les plus coriaces. Si je venais à prendre le maillot jaune ce vendredi soir, nous ferons ensuite tout pour le défendre et le conserver le plus longtemps possible même si je sais qu’un coureur comme van Aert peut profiter des sprints pour engranger des bonifications à la fin de chaque étape…"

Sur le même sujet

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be