Dylan Teuns sur les perquisitions dans son équipe: "J'ai peur que les choses soient sorties de leur contexte"

La justice française a la formation Bahrain Victorious dans le viseur.

La Rédaction
Dylan Teuns sur les perquisitions dans son équipe: "J'ai peur que les choses soient sorties de leur contexte"
©BELGA

Depuis trois jours, la formation Bahrain Victorious a été perquisitionnée à plusieurs reprises. Jeudi matin, la police danoise a mené une perquisition dans l'hôtel où loge la formation, à la demande des enquêteurs français. Il y a trois jours, plusieurs coureurs et membres du staff avaient également reçu la visite de la police à leur domicile avant leur départ pour la Grande Boucle. Nos confrères du Laatste Nieuws nous apprenaient ce jeudi que l'un des coureurs en question n'était autre que notre compatriote Dylan Teuns.

Si l'équipe du Bahreïn n'a pas souhaité faire de commentaire sur toute cette affaire, le management du coureur belge a réagi par voie de communiqué ce vendredi. Ils ont construit leur réponse en trois points :

"1. Au départ du Tour, le principe légalement sacré du secret de l'enquête judiciaire est apparemment sacrifié sur l'autel du sensationnalisme français : il est curieux que le parquet de Marseille libère noms et lieux de perquisitions lors d'un moment presse le jeudi soir. L'équipe et Dylan Teuns ont toujours coopéré pleinement et ont gardé le silence dans l'intérêt de l'enquête.
2. Contrairement aux affirmations et sous-entendus de certains médias, rien n'a été saisi après la perquisition au Danemark chez Dylan Teuns.
3. Dylan et nous continuerons à coopérer, vu l'innocence de notre coureur, mais espérons plus de discrétion. L'opération menace de compromettre les négociations contractuelles en cours et de causer des dommages irréparables."

Dans sa chronique au Belang van Limburg, le coureur a lui-même réagi à ses perquisitions : "C'était un réveil très matinal ce jour-là et cela n'avait rien à voir avec le lever du soleil", a-t-il commenté ironiquement. "Tout ceux qui me connaissent savent que je ne veux rien de plus que d'apporter de la clarté. Mais cette fois, je ne peux pas trop en dire", a enchainé Teuns sans rentrer dans les détails, "l'enquête dure depuis un an. L'année dernière, j'avais également dû donner mon ordinateur portable et mon GSM lors d'une perquisition pendant le Tour. Et je ne les ai jamais récupérés. J'ai désormais peur que les choses soient sorties de leur contexte et que cette affaire ne dégénère. Et cela à un moment où je dois me concentrer sur mon travail."

Outre le domicile de Dylan Teuns, des perquisitions ont été menées en Italie, en Espagne, en Pologne, en Slovénie, en Croatie et au Danemark. "Du matériel électronique (téléphones, ordinateurs, disques durs) et des médicaments ont été saisis", a expliqué le parquet de Marseille en charge du dossier ce jeudi.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be