Roglic, Thomas, Mas, Vingegaard, ... : qui peut battre Tadej Pogacar ?

Pour mettre fin à la série de Pogacar, ses rivaux vont devoir unir leurs forces.

Eric de Falleur
Roglic, Thomas, Mas, Vingegaard, ... : qui peut battre Tadej Pogacar ?
©AFP/Icon Sport

Comment battre Tadej Pogacar ? Sur cette question, les concurrents du Slovène se penchent depuis onze mois. Mais à le voir dominer le Tour précédent, enlever sans coup férir Tirreno-Adriatico, le Tour UAE ou, récemment celui de Slovénie, ils ont matière à se faire des cheveux gris. D’autant plus qu’entre-temps, Pogacar a aussi conquis le Tour de Lombardie ou qu’il s’est envolé à-la-Merckx sur les chemins des Strade Bianche.

"Pourtant, Pogacar peut être battu", ont répété tous ses principaux rivaux ces derniers jours à Copenhague. En sont-ils persuadés ou sont-ils devenus des adeptes de la méthode Coué ? Les trois prochaines semaines nous donneront la réponse.

Ces challengers, ceux qui pourraient prendre la succession du Slovène ou finiront plus sûrement parmi les cinq premiers, on peut les répartir en trois groupes. D’abord, celui des Jumbo-Visma. Certainement la plus forte et complète formation au monde, à laquelle appartiennent d’ailleurs les deux derniers dauphins du double vainqueur. Si Primoz Roglic fut renversé in extremis il y a deux ans par Tadej Pogacar en toute fin d’un Tour qui lui tendait les bras, Jonas Vingegaard, lui, a dû prendre au pied levé le relais de l’ancien sauteur à ski après sa chute l’an passé. La force de la tenaille des Jumbo, c’est en effet cette possibilité d’attaquer à plusieurs ou de manière répétée le grand favori.

L’autre bloc auquel va devoir faire face Pogacar, c’est le trio des Ineos, Geraint Thomas, Daniel Martinez et Adam Yates. Plus encore que les Jumbo, ils ne peuvent pourtant concurrencer frontalement Pogacar mais peuvent l’user à tour de rôle ou profiter du surnombre.

Enfin, il y a trois isolés. Enric Mas, qui progresse lentement et a pris un abonnement aux accessits dans les grands tours. L’Espagnol, devenu le seul leader de la Movistar après les départs de Quintana, Soler et Lopez et la future retraite de Valverde, aura-t-il récupéré de sa chute au Dauphiné ? Il y a ensuite Ben O’Connor dont l’excellent début de saison, tout spécialement au Dauphiné où il fut le dernier à tenir tête aux Jumbo, promet une confirmation. L’Australien est candidat au podium.

Enfin, ajoutons aussi Aleksandr Vlasov. Bien sûr, le Russe découvre la Grande Boucle et, certes, il a quitté le Tour de Suisse précipitamment mais en montagne, il figure parmi les tout meilleurs et son transfert chez Bora lui a permis de franchir un palier supplémentaire.

Ils espèrent finir dans les dix premiers

Il y a tous les outsiders. Ces candidats voués au top 10 mais, surtout, pour plusieurs d’entre eux, des prétendants à une victoire d’étape ou à la conquête du maillot à pois qui peuvent se retrouver mêler au général, parfois malgré eux, à l’image de Guillaume Martin l’an passé. Certains de ces coureurs se trouveront embarqués dans la lutte pour le classement dès lors qu’ils auront passé sans trop de dégâts la difficile première semaine. L’an passé, Alexey Lutsenko avait fini 7e comme cela, en s’accrochant trois semaines. Il espère renouveler cette performance.

Chaque édition recèle l’un ou l’autre qui passe le plus souvent inaperçu mais finit parmi les cinq ou dix premiers à Paris.

Raisonnablement et sauf à bénéficier de circonstances très favorables (une épidémie de cas de Covid ou une échappée prenant vingt minutes…), ils ne peuvent espérer se mêler à la lutte pour les premières places. Pourtant, Nairo Quintana, Romain Bardet, Thibaut Pinot ou Rigoberto Uran ont déjà goûté aux joies du podium des Champs-Élysées. Les deux Colombiens sont les plus motivés par le classement car les deux Français préfèrent parler de coups d’éclat que de régularité. Comme Guillaume Martin, Pierre Latour et David Gaudu ou Jakob Fuglsang et Michael Woods chez Israel. À tous ceux-ci, on ajoutera le tandem des Bahrain, Damiano Caruso et Jack Haig, ceux qui, avec Uran et Quintana, se rapprochent le plus des challengers, ainsi que Mattia Cattaneao, Aurélien Paret-Peintre ou le Portugais Ruben Guerreiro.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be