Un Poulidor belge, deux Néerlandais réconciliés et un héros national à pois rouge : voici ce qu’il faut retenir de la 3e étape du Tour de France

Les quatre grands enseignements de la journée de dimanche sur la Grande Boucle

Un Poulidor belge, deux Néerlandais réconciliés et un héros national à pois rouge : voici ce qu’il faut retenir de la 3e étape du Tour de France
©AFP

Groenewgen vainqueur après Jakobsen : le clin d’oeil du destin

Entre hasard et destin, le cours des événements a parfois l’écho qu’on souhaite lui donner. Au lendemain du succès de Fabio Jakobsen samedi à Nyborg, c’est Dylan Groenewegen qui s’est imposé à Sonderborg dans un sprint millimétré. Comme si la magie du Tour avait tenté de réconcilié les deux Néerlandais impliqué dans une horrible chute qui avait failli coûter la vie au coureur de chez Quick-Step Alpha Vinyl. « Je reviens de tellement moins sur le plan mental, commentait ainsi Groenewegen après son succès. J’ai connu des vrais moments de doute et je me demandais franchement si j’avais encore ma place dans le peloton. » Des larmes plein les yeux, celui qui avait choisi de quitter l’équipe Jumbo-Visma l’hiver dernier espère que ce bouquet l’aidera à tourner définitivement le dos à une période difficile (naissance prématurée de son fils, décès d’un grand-père dont il était très proche…)

Van Aert Poulidor de ce début de Tour

Samedi, au soir de sa seconde place deuxième place en autant de jours de course sur ce Tour, Wout van Aert avait souri en affirmant que « Raymond Poulidor était un grand champion ». Une manière de dédramatiser ce nouvel accessit pour ne retenir que la conquête du premier maillot jaune de sa carrière. L’Anversois ne s’imaginait sans doute pas qu’il échouerait à nouveau sur la même marche du podium ce dimanche dans un sprint au bout duquel Groenwegen l’a devancé de moins d’un boyau. « J’ai commis une grosse erreur en lançant mon sprint de trop loin et en me portant en tête bien trop tôt. » La revanche du coureur de chez Jumbo-Visma surviendra-t-elle mercredi sur les pavés du Nord ?

Uran le maudit

Rigoberto Uran vit une entame de Tour de France décidément bien compliqué. Après avoir abandonné plus d’une minute dans le contre-la-montre inaugural de vendredi puis avoir été contraint à une longue poursuite samedi sur le pont du Grand Belt, le Colombien a concédé 39 secondes aux principaux prétendants au podium final à Paris par la faute des différentes chutes qui ont émaillé la finale de la troisième étape. Le coureur de chez EF Education First a ainsi terminé dans un petit peloton qui comprenait également Caruso, Meintjes, Haig ou Martin.

Cort Nielsen : un héros national à pois rouges

Magnus Cort Nielsen se souveindra toute sa vie du passage du Tour 2022 dans son pays. Porteur du maillot de meilleur grimpeur depuis samedi, le Danois de chez EF Education First a engrangé un maximum de points tout au long d’une troisième étape vécue en échappé. Accueilli en héros national par le très nombreux public posté aux abords du parcours, Nielsen a passé une partie de la journée la main levée, façon salut papal.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be