L'Edito du Tour de France: Magnus Cort Nielsen n’est pas près d’oublier et nous non plus

Un Edito signé Eric De Falleur.

Eric de Falleur
L'Edito du Tour de France: Magnus Cort Nielsen n’est pas près d’oublier et nous non plus
©Bauweraerts/AFP

Dans 50 ans, lorsqu’il racontera à ses petits enfants l’histoire du Grand Départ au Danemark, Magnus Cort Nielsen aura encore les poils qui se dresseront sur les bras et l’émotion l’étreindra. Le Danois n’oubliera jamais ses deux escapades triomphales à travers les plaines de son pays. Tout restera gravé dans sa mémoire, son passage sur les sommets des collines du Seeland ou du Sud-Danemark, le maillot à pois et ces près de trois cents kilomètres parcourus entre deux haies d’honneur, dans un bruit et une effervescence inimaginables…

On imaginait bien que les Danois accueilleraient le Tour avec enthousiasme et si celui-ci fut un peu douché par les averses qui tombèrent sur Copenhague vendredi, la fête avait déjà été exceptionnelle. Elle est devenue phénoménale ensuite, sous le soleil retrouvé. Y eut-il cette année un succès populaire plus important (proportionnellement) qu’au Grand Départ dans le Yorkshire (2014), à Londres (2007) ou à Bruxelles il y a trois ans ? Le Tour suscite un engouement unique et souvent plus important hors de ses frontières. On s’en rendra compte aussi, dans douze mois, quand la Grande Boucle s’élancera de Bilbao et du Pays basque espagnol, puis lorsqu’elle partira, sans doute, de Florence et de la Toscane en juillet 2024.

Alors, un jour, doit-on s'attendre à ce que le Tour démarre de Norvège, d'Écosse, de Vienne, Prague ou Budapest ? "Le Tour est la plus grande course du monde, on a le devoir d'aller un peu partout", dit Christian Pruhomme. Le directeur du Tour sait que sa course a tout à gagner (dans tous les sens du terme car un Grand Départ de l'étranger se monnaie trois fois plus cher qu'un hexagonal) à s'ouvrir au monde. À la fin du siècle dernier, ses prédécesseurs, Jacques Goddet et Jean-Marie Leblanc, avaient, eux, imaginé voir les trois coups de la course au maillot jaune frappés de New-York ou des Antilles mais les projets restèrent dans les cartons pour diverses raisons, jusqu'à ce que la fin du Concorde les enterre définitivement.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be