L'autre regard : "L’éternelle magie du Tour : mais où est donc passé le maillot jaune ?"

Découvrez l'autre regard.

L'autre regard : "L’éternelle magie du Tour : mais où est donc passé le maillot jaune ?"
©PHOTONEWS

On a tout dit, tout écrit, sur cette foule immense et bigarrée qui se presse, chaque année, le long des routes du Tour de France. Mais on est néanmoins chaque fois bluffé par les images. Le week-end dernier, on avait l’impression que tout le Danemark était dans les rues pour voir passer les géants de la route avec, en toile de fond, un merveilleux sentiment festif. Seul grand spectacle sportif gratuit, le cyclisme est populaire par essence.

Dans l’absolu, le rapport temps-rentabilité ne saute pas aux yeux pour l’honorable spectateur, invité à sacrifier sa journée pour voir passer à toute vitesse le peloton durant quelques secondes à peine. Mais le calcul ne se fait pas de cette façon. Une étape du Tour, c’est bien davantage que le passage des coureurs. C’est une ambiance, un état d’esprit, presque une aventure. On se lève aux aurores pour choisir la bonne place près du bon rond-point, on pique-nique avec les voisins l’oreille collée à Radio-Tour, on voit passer, béats, la caravane publicitaire.

Et, à l’heure H, on applaudit les échappés, en jouant des coudes et sans trop savoir de qui il s’agit. Souvent même, on n’aperçoit même pas le maillot jaune. Vient ensuite l’heure du debriefing avec d’autres voisins sur l’état de forme des uns et des autres. D’accord, on n’a pas vu grand-chose mais on a son orgueil. Et puis, il sera bien temps, le soir, de regarder le résumé à la télé en se disant qu’on y était. Le Tour, c’est tout ça. Et bien davantage encore !

Sur le même sujet

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be