Wout van Aert, un papa poule et un mari en or : "Ce que réussit Wout n’est pas commun"

Derrière le champion van Aert se cache un homme très attaché à sa famille.

Lehaire David
Tour de France 2021 - stage 21
©Photo News

Wout qui embrasse Georges au pied du podium. Wout qui enlace Sarah tout en lui remettant les fleurs reçues quelques instants plus tard. Les photos du Campinois avec son fils et sa femme sont légion. Ils ne sont jamais très loin de lui pour partager ses joies comme ses déceptions.

Depuis le début du Tour de France, l'actuel maillot jaune et tunique verte entretient pleinement sa réputation de mari en or et de papa poule. Bien sûr, il n'est pas le seul coureur dans le cas mais ce noyau familial fait partie intégrante de ses succès. Certes, Sarah et Georges n'ont pas pu lui rendre visite ce lundi dans l'hôtel qu'occupe l'équipe Jumbo-Visma parce que la crainte du Covid a contraint la formation néerlandaise à vivre sa journée de repos recluse. Mais van Aert, et sa gueule d'acteur hollywoodien, aura appelé sa dulcinée à plusieurs reprises. "Il a besoin de ce contact régulier, de sentir qu'il n'est pas tout seul", explique Jef Van Den Bosch, l'agent du coureur.

Depuis son plus jeune âge, van Aert fonctionne avec une structure familiale. Quand il allait d'un cyclo-cross à l'autre, ses parents l'accompagnaient en camping-car. Sarah, sa femme, a rapidement rejoint ce petit monde. Qui, aujourd'hui, ne fait plus qu'un autour du champion. "Tout cela donne un équilibre saint à Wout et le rend populaire auprès du public, continue son manager. Les gens aiment pouvoir s'identifier à un champion. C'est le cas avec Wout. En associant ses proches à sa carrière, il montre qu'il est un bon père de famille, un mari aimant et un fils modèle. Ce sont des valeurs que les gens recherchent."

En outre, il dégage aussi l'image du gendre idéal. "Il a des bonnes valeurs et parle vrai. Wout ne va pas se chercher d'excuses. S'il a fait une contre-performance, il l'assumera. C'est une immense qualité et c'est naturel pour lui."

Cette honnêteté intellectuelle associée à un physique avenant et à ses nombreux succès en fait aussi un modèle très recherché par les sponsors. "Ses partenaires aiment sa personnalité. Il gagne et propose un cyclisme populaire. En outre, il a une marge de progression. Il n'a jamais que 27 ans."

Et le fait qu'il tourne sans succès autour de la victoire depuis le début de ce Tour de France ne change rien à son image. "Vous connaissez beaucoup de coureurs qui luttent aussi souvent pour la gagne ? Ce que réussit Wout n'est pas commun. Lui est probablement déçu de ne pas gagner à chaque fois mais il sait que ce qu'il réalise reste exceptionnel."

S'il semble aussi hermétique à la pression qui l'entoure, c'est justement parce qu'il peut compter sur le soutien de ses proches. "La présence de Sarah est fondamentale à ce niveau-là. Elle calme Wout, le rend encore plus serein. Puis, quand elle lui met Georges dans les bras, il relativise la portée d'une victoire ou d'une défaite."

Les réactions de son bambin le font aussi sourire. "Georges a encore peur du petit Lion (NdlR : mascotte du maillot jaune), rigole Sarah. C'est pour ça qu'il ne joue pas encore avec."

Dès qu'il est dans les bras de son papa, il retrouve sa petite bouille attendrissante. "Sarah et Wout illustrent le parfait bonheur. Ils profitent tous les jours du petit Georges. Depuis qu'il est né, Wout est encore plus serein."

Et ce n’est pas une éventuelle deuxième place de plus, ce mardi à Calais, qui atténuera son bonheur.

Sur le même sujet

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be