La poisse de Jumbo-Visma, Van Aert toujours en jaune, la belle histoire de Clarke: ce qu'il faut retenir de la 5e étape du Tour

Tout ce qu'il ne fallait pas rater ce mercredi sur les routes (et les pavés) du Tour de France.

La Rédaction

Van Aert garde le jaune... mais à quel prix ?

Au lendemain de son numéro sur les routes de Calais, Wout van Aert a connu une journée galère sous les routes et les pavés du Nord qu'il apprécie tant. Avant même le départ de l'étape, on avait compris que le Belge pourrait perdre son maillot jaune au terme de cette 5e étape car le plan de l'équipe Jumbo-Visma était avant tout de protéger les leaders pour le classement général Jonas Vingegaard et Primoz Roglic, quitte à perdre la tunique jaune avec Van Aert.

Et le début d'étape n'a fait que confirmer cette tendance : à un peu moins de 100 kilomètres de l'arrivée, avant même le premier secteur pavé, le Belge a lourdement chuté. Il s'est relevé avec des douleurs au poignet et à la hanche mais a pourtant réintégrer le peloton. Où il a dû se mettre à la planche pour ses leaders. Le Belge a donc roulé en tête du peloton pour limiter l'avantage de Tadej Pogacar, permettant de garder Jonas VIngegaard dans le jeu du général... mais aussi de finalement garder son beau maillot.

Si Van Aert n'a pas tout perdu, il faudra désormais voir les conséquences de sa chute et l'énergie dépensée pour aider ses leaders. Quoi qu'il en soit, la grimace du Belge en montant sur le podium protocolaire pour enfiler son maillot jaune n'indiquait rien de positif alors que dès jeudi, à Longwy, il pourrait avoir une opportunité en or d'à nouveau lever les bras.

Pogacar au top, Jumbo dans les cordes

Au matin de cette étape, beaucoup étaient ceux qui espéraient une alliance de circonstances entre les équipes Jumbo-Visma et Ineos Grenadiers pour mettre en difficulté Tadej Pogacar. C'est finalement tout le contraire qui s'est produit puisque le Slovène était le plus à l'aise et a même pu reprendre du temps à tous ses adversaires.

Dans le camp des Jumbo Bees, c'est plutôt la soupe à la grimace. Si Van Aert a sauvé son maillot jaune, les deux leaders n'ont pas été à la fête tout au long de la journée. Jonas Vingegaard a connu un problème mécanique et a perdu le contact avec le peloton à une quarantaine de kilomètres de l'arrivée. Aidé par l'ensemble de son équipe, le Danois a finalement réussi à limiter la casse en ne concédant que 13 secondes à Pogacar. Une chance que n'a pas eu Primoz Roglic. Le deuxième leader de Jumbo a lourdement chuté à une trentaine de kilomètres de l'arrivée et s'est retrouvé derrière le groupe comprenant VIngegaard et l'ensemble de ses équipiers. Esseulé dans un premier temps, il a pu compter sur le soutien de certains équipiers par la suite. Trop tard puisque le Slovène concède finalement 2'08" sur son compatriote.

Roglic n'est pas le seul grand perdant puisque Ben O'Connor, quatrième du général l'an dernier, a concédé 3'21" à Tadej Pogacar. Pire encore, Jack Haig a été contraint à l'abandon, au même titre que l'Autrichien Michael Gogl. Il s'agit des deux premiers abandons de cette édition.

Simon Clarke, la belle histoire

En voyant la solide échappée qui s'est détachée dès le début de l'étape, on savait que l'un des six coureurs à l'avant avait une belle chance d'aller au bout. Profitant de l'apathie du peloton dans la première partie de la course, les six hommes de tête ont pu résister, dans le final, à Pogacar et Stuyven qui étaient sortis du groupe des leaders. Intelligent et attentiste, Taco van der Hoorn était tout près de décrocher un nouveau succès de prestige mais le Néerlandais a été remonté in extremis par Simon Clarke.

L'Australien a une histoire particulière. Membre de l'équipe Qhubeka la saison dernière, il a été contraint de se trouver une nouvelle équipe en urgence lors de l'arrêt de la structure sud-africaine à la fin de l'année. Logiquement à cette période de l'année, et alors que la plupart des équipes sont déjà au complet, l'Australien de 35 ans, n'a pas reçu beaucoup d'offre. C'est finalement au tout dernier moment, à la mi-janvier qu'il pu signer dans l'équipe Israel-Premier Tech.

Un bon coup pour l'équipe israélienne qui en est récompensée par une première victoire d'étape sur le Tour de France dans son histoire.

Sur le même sujet

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be