Un papa a tout de même quelquefois raison…" Dans un éclat de rire sonore qui mêle facétie et fierté, Adrie Van der Poel se plaît à rappeler le pronostic qu’il avait livré en amont de ce Tour de France. Si son fils Mathieu était convaincu que la première étape était celle qui collait le mieux à ses qualités, l’ancien vainqueur du Tour des Flandres pensait, de son côté, que la seconde autorisait à son rejeton davantage d’ambitions.

"Vous pouvez analyser les résultats de ses participations aux courses par étapes, Mathieu marche toujours fort sur les deuxièmes journées de course, nous confiait Adrie. Samedi soir, je le sentais très déçu et je lui ai envoyé un petit message lui rappelant cette vérité ainsi que le fait que la forme revenait parfois très vite."

Arrivé depuis Kapellen (banlieue d’Anvers) dimanche sur le Tour, le clan Van der Poel a assisté à l’une des grandes journées de l’histoire familiale depuis le bord du parcours.

"Nous étions postés à cinq kilomètres de l’arrivée avec ma femme Corinne (la fille de Raymond Poulidor) et Roxanne, la compagne de Mathieu. On a vu Mathieu passer devant nous avant qu’un supporter nous invite dans son camping-car afin de suivre les 800 derniers mètres à la télévision. Quelle émotion quand il a franchi la ligne ! Je ne vous cache pas que des larmes ont coulé sur nos joues mais je crois que c’est assez logique. Je suis un papa très fier de son fils mais d’abord et avant tout extrêmement heureux pour lui. Je sais à quel point il voulait ce maillot. Je vous l’avais dit il y a quelques jours : le jaune, c’est le plus bel hommage que Mathieu pouvait rendre à son papy !"