La formation UAE Team Emirates a connu un début de Tour de France excellent. Alexander Kristoff a remporté la première étape et porté le maillot jaune le lendemain et le Slovène Tadej Pogacar est la nouvelle sensation de cette Grande Boucle, lui qui a remporté le 9e étape entre Pau et Laruns ce dimanche et qui se profile de plus en plus comme le concurrent numéro un de Primoz Roglic au classement général.

Mais ce bilan excellent a été terni dimanche par l'abandon de Fabio Aru. L'Italien, à bout de forces, n'a pas été capable de suivre le peloton dans la première partie de la neuvième étape disputée sur un rythme très élevé. Après une longue poursuite en solitaire, il a été contraint de jeter l'éponge.

À la grande colère du manager de l'équipe des Émirats Arabes Unis, Giuseppe Saronni : "Fabio nous a déçu, justement au moment où nous en avions vraiment besoin", a-t-il expliqué à la télévision italienne durant l'étape de ce dimanche, "Celui qui l'a repris dans la sélection, s'est trompé. Fabio Aru n'aurait pas dû être repris dans l'équipe pour ce Tour de France. Il n'était pas en forme. Je veux savoir qui est responsable de la décision de le prendre avec nous. Pogacar est en course pour le maillot jaune mais il vient de perdre un équipier."

Mais Saronni ne s'est pas arrêté là : "Il a des problèmes, également des problèmes psychologiques. Il ne sait pas réagir quand il est en difficulté, il coule. Il n'a aucun caractère."

Des critiques très dures envers Fabio Aru de la part du manager de l'équipe UAE, qui en a visiblement assez. Il faut dire que depuis son arrivée dans l'équipe en 2018, Fabio Aru n'a pas réalisé le moindre podium. Un résultat très maigre pour un ancien vainqueur de Grand Tour, la Vuelta en 2015 et multiple vainqueur d'étapes sur les trois épreuves de trois semaines (3 étapes du Giro en 2014 et 2015, deux étapes de la Vuelta 2014 et une étape du Tour de France 2017).

5e plus gros salaire du peloton

Malgré tout, le ton employé par Saronni quelques minutes après l'abandon de son coureur n'a pas beaucoup plu du côté de la formation UAE Team Emirates, même si l'équipe n'a pas réagi publiquement.

De son côté, Fabio Aru s'est montré déçu : "Je ne sais pas ce qu'il s'est passé. Je pensais que j'avais bien travaillé en vue d'aider au maximum Tadej Pogacar. Mes valeurs étaient excellentes, les meilleures de ces trois dernières années."

Malgré ses piètres prestations depuis son arrivée chez Emirates, Aru est le cinquième coureur le mieux payé au monde, selon les chiffres dévolés en mai dernier par le quotidien L'Équipe. L'Italien gagnerait 2,6 millions d'euros par saison soit plus que des coureurs comme Julian Alaphilippe, Primoz Roglic, Thibaut Pinot mais aussi ses coéquipiers Tadej Pogacar, Fernando Gaviria et Alexander Kristoff, pourtant plus efficaces.

En fin de contrat à la fin de la saison, l'ancien champion d'Italie pourra sans doute dire adieu à son équipe actuelle et au salaire mirobolant qui va avec. Si l'Italien se dit toujours motivé et ne veut pas penser à l'avenir pour le moment, il va devoir se rendre à l'évidence : la vie de leader, pour lui, c'est fini.