L’émotion était encore vive et la gorge serrée deux heures après l’arrivée. Arrivé plus de 41 minutes après Ben O’Connor au sommet de la montée de Tignes, Loïc Vliegen n’a pu franchir la ligne de la neuvième étape dans les délais et ne pourra poursuivre son premier Tour de France mardi, au lendemain de la journée de repos.

"Cela a été une journée galère d’un bout à l’autre, soufflait le coureur de chez Intermarché Wanty-Gobert. Depuis plusieurs jours déjà, je souffre d’une douleur au genou qui s’est réveillée avec les conditions dantesques que nous avons rencontrées tout au long du week-end. Cela fait plusieurs soirs déjà que l’on tente de traiter cela avec l’un des physiothérapeutes de l’équipe, mais cela n’a pas suffi. Dimanche, un mal de dos résultant sans doute d’une mauvaise position sur le vélo est venu compliquer la donne et je n’arrivais tout simplement plus à pousser avec de la puissance sur les pédales."

Un état physique qui se paie cash sur une étape aussi exigeante et rapide que celle de dimanche. "Je me suis un peu laissé envahir par l’émotion et j’ai perdu une partie de mes moyens lorsque j’ai constaté que les choses allaient être compliquées… Il va désormais falloir réussir à se reconcentrer sur d’autres objectifs et réussir à tourner la page de ce premier Tour de France…"