Chez Omega Pharma-Lotto, on veut favoriser le sprint de l’Allemand aujourd’hui, quitte à perdre le maillot vert de Gilbert

LE MANS On ne devrait pas retrouver Philippe Gilbert dans le sprint que tout le monde attend aujourd’hui à l’arrivée à Chateauroux. Chez Omega Pharma-Lotto, les consignes sont claires : ce sera ce vendredi tout pour André Greipel.

“Je ne peux pas gagner”, dit Gilbert avec philosophie, “Greipel peut éventuellement s’imposer... Je vais sans doute perdre pas mal de points, mais ma saison a été très belle jusqu’ici, je ne sais pas si un maillot vert changerait grand-chose.”

Hier en tout cas, la formation belge a protégé une fois encore son chef de file liégeois. “On a dû chasser dans les derniers kilomètres pour réduire à néant l’avantage des échappées, puis de Malori (NdlR : le jeune champion d’Italie du chrono a été élu combatif du jour, il n’a été rejoint qu’à moins de trois bornes du but)”, expliquait Herman Frison, l’un des directeurs sportifs de l’équipe. “Nous voulions mettre Philippe dans un fauteuil. Après, le dernier kilomètre tout plat ne lui était pas favorable.”

L’Anversois n’est pas déçu. “On a le maillot vert, on a porté le jaune, gagné une étape, VDB est bien placé devant, alors que des favoris ont laissé des plumes”, dit encore l’ancien vainqueur d’étape du Tour (en 1987) et de Gand-Wevelgem. Jelle Vanendert avait, lui, tenté sa chance peu auparavant, dans la dernière montée.

“Nous avions décidé de changer de tactique, le but était de surprendre nos adversaires et de lâcher les sprinters”, disait le lieutenant de Gilbert. “C’était mieux que de monter au tempo. Mais je n’ai jamais pensé que je pouvais rester en tête avec Voeckler et sprinter pour l’étape, le peloton était trop près de nous.”



© La Dernière Heure 2011