Parsemé jusqu’ici d’innombrables méandres, la carrière de Jan Bakelants a peut-être connu son virage le plus décisif lors de ce 100e Tour de France. Invité surprise d’une sélection RadioShack au sein de laquelle on attendait davantage Stijn Devolder, le coureur d’Olen a saisi à pleines mains la chance que son staff lui offrit en l’embarquant pour la Corse.

Vainqueur d’étape à Ajaccio et maillot jaune durant deux journées, Bakelants a définitivement déposé sa carte de visite en faisant étalage d’un sens de l’initiative et d’un tempérament offensif à d’innombrables reprises.

"J’espère que ce Tour de France servira de déclic à ma carrière", avouait le coureur de 27 ans. "Ce n’est pas que je ne croyais pas en mon potentiel ou mes qualités, mais une victoire sur la Grande Boucle a le don de vous insuffler une énorme dose de confiance. Je découvrais cette grand-messe cycliste et dois bien avouer qu’elle n’était pas très éloignée de l’idée que j’avais pu m’en faire au travers des récits de mes collègues ou de l’image qu’en renvoient les médias. Le gigantisme est partout, mais c’est le niveau d’ensemble du peloton qui y est le plus impressionnant. Sur toutes les autres épreuves de la saison, une partie des coureurs est là pour retrouver le rythme et se préparer en vue d’échéances plus lointaines. Pas sur le Tour. Ici, tout le monde est à 100 % !"

En parvenant à intégrer le Top 20 (18e du classement général final) dès son premier Tour de France, Jan Bakelants a aussi fait étalage d’une belle régularité, mais aussi d’indéniables qualités de récupération.

"Ma troisième place vendredi sur l’étape du Grand-Bornand est, selon moi, un bon indicateur de mon potentiel. En dernière semaine, j’ai été capable d’intégrer une échappée fleuve dans une étape de haute montagne. Je ne vous cacherai pas que cela m’a personnellement surpris et… me donne des idées pour la suite. Mais pour pouvoir ambitionner une vraie place au général , il faut aborder cette épreuve dans cet état d’esprit et en tant que leader. Il est donc nécessaire de pouvoir compter sur le soutien de l’encadrement."

À l’affiche du critérium d’Herentals ce jeudi, Jan Bakelants a désormais le regard tourné vers sa prochaine échéance. "Il serait vraiment dommage de ne pas chercher à profiter de mon excellente forme. Je serai donc au départ de la Clasica San Sebastian avec de réelles ambitions personnelles car je crois que le parcours de cette épreuve peut convenir à mes qualités."

En fin de contrat avec la formation RadioShack, Bakelants est courtisé par plusieurs équipes mais souhaiterait poursuivre l’aventure au sein de la même structure rebaptisée Trek en vue de la saison 2014. "Je me plais dans cet environnement, et je ne pense pas qu’il soit très judicieux de chercher le changement à tout prix. J’espère désormais que Luca (NdlR : Guercilena, le manager de l’équipe) me soumettra une bonne offre."