"C’est la stupeur quand on voit les images, nous sommes évidemment pris par le Tour, mais c’est épouvantable", nous a confié le directeur de la Grande Boucle. "On pense forcément à la Belgique. Il y a justement Eddy (Merckx) aujourd’hui, on pense à son plus formidable exploit sur le Tour. C’est un souvenir heureux et malheureusement, il y a ce contrepoint avec des gens en pleine détresse, en plein désarroi, voire dans la plus profonde tristesse parce qu’ils ont perdu un être cher. J’ai envoyé des messages à tous nos amis liégeois, on est tous les ans chez vous avec les classiques ardennaises (NdlR : qu’ASO organise depuis 1990 pour la Doyenne et depuis 1993 pour la Flèche). Hier (jeudi), pendant l’étape que je suivais avec le président de la République, j’ai envoyé des messages à tous nos amis liégeois, Luc Gillard, Katty Firquet, Willy Demeyer, Dominique Bailly… Ces inondations, c’est quelque chose qu’on n’imagine jamais en juillet. On disait en plaisantant que l’an dernier, nous avions organisé le Tour en septembre avec le temps de juillet et celui-ci, en juillet, avec la météo de mars. On ne pensait jamais que ça arriverait à ce moment. C’est l’effroi !"