Le jeune prodige slovène Tadej Pogacar a mis, littéralement, son compatriote Roglic au sol et s'est emparé du maillot jaune. Les regards de Wout van Aert et de Tom Dumoulin, équipiers de Roglic, en disaient long sur la tristesse des membres de l'équipe Jumbo-Visma.

Dans le journal L'Equipe, Eddy Merckx est revenu sur cette fin de Tour. "Ca fait des jours que je répète que les 50 secondes d’avance de Roglic n’étaient pas suffisantes pour assurer la victoire finale. Je voyais venir ce Pogacar gros comme une maison. J’avais dit que la seule solution pour lui était d’attendre le chrono, le temps jouait pour lui", assure la légende du cyclisme. "(Les coureurs de Jumbo) ont surtout couru bêtement. Quelle erreur de jugement ! Ils se sont pris à leur propre piège, cette défaite, ils l’ont bien cherchée. Ils auraient dû comprendre que Pogacar n’allait pas les attaquer, c’était impossible de les piéger en montagne. Mais ils auraient dû essayer de le faire sauter bien avant pour avoir une marge suffisante. C’est une bonne leçon de vélo."

Pour le 'Cannibale', Remco Evenepoel est maintenant prévenu : "N’allons pas trop vite avec Remco, pour l’instant il n’a encore rien démontré. Il parle beaucoup mais pour le reste j’attends encore de voir. Je ne sais pas si la victoire de Pogacar est une bonne nouvelle pour lui. La barre est haute maintenant."