Après 4 kilomètres de course, un groupe de 32 coureurs sortait du peloton avec quatre coureurs de la formation Ineos Grenadiers mais aussi les principaux candidats pour les maillots vert et à pois. Côté belge, seul Thomas De Gendt avait intégré ce groupe.

Dans la descente du Cormet de Roselend, Hirschi et Carapaz se détachaient du groupe de tête et étaient finalement rejoints par Kwiatkowski, Bilbao et Edet dans la montée de la Côte de la route des Villes. Le groupe de tête gardait son avance dans le Col des Saisies, la troisième difficulté du jour avec plus de 5 minutes d'avance sur le peloton. Dans la descente, Marc Hirschi chutait et perdait 35 secondes sur ses compagnons d'échappée. Malgré un gros effort, il n'a jamais pu rentrer sur la tête de course et se console avec le prix de la combativité.

Plus forts, Kwiatkowski et Carapaz ont pris la poudre d'escampette dans les pentes de La Roche-sur-Foron. L'Équatorien, vainqueur du Tour d'Italie, a passé en tête la dernière difficulté du jour et portera vendredi le maillot à pois du meilleur grimpeur. Quant au Polonais, il a complété son incroyable palmarès en remportant sa première étape dans un grand tour. Carapaz l'a en effet laissé s'imposer, récompensant ainsi l'incroyable travail fourni par le champion du monde 2014 au service de Froome, Thomas et Bernal ces dernières années. C'est la première victoire dans ce Tour pour l'équipe Ineos, au lendemain de l'abandon de son leader et tenant du titre Egan Bernal.

Wout Van Aert, encore impressionnant, a pris la troisième place de l'étape en réglant au sprint le groupe des favoris.

Au classement général, le Slovène Primoz Roglic (Jumbo-Visma) n'a pas été inquiété et compte toujours 0:57 d'avance sur son compatriote Tadej Pogacar (Emirates) et 1:27 sur le Colombien Miguel Angel Lopez (Astana). Richie Porte s'est fait une frayeur avec une crevaison mais conserve bien sa 4e place, devant Landa et Mas qui ont dépassé Yates et Uran.


La composition de l'échappée matinale:

Jonathan Castroviejo, Richard Carapaz, Michal Kwiatkowski, Dylan Van Baarle (Ineos Grenadiers), Peter Sagan (Bora-Hansgrohe), Nans Peters (AG2r La Mondiale), Sam Bennett, Bob Jungels (Deceuninck-Quick Step), Rudy Molard, Sébastien Reichenbach (Groupama-FDJ), Pello Bilbao (Bahrain-McLaren), Alberto Bettiol, Tejay Van Garderen (EF Education First),Dayer Quintana (Arkéa-Samsic), Dario Cataldo, Nelson Oliveira, José Joaquín Rojas, Carlos Verona (Movistar Team), Simon Geschke, Matteo Trentin (CCC Team), Nicolas Edet, Jesús Herrada (Cofidis), Luis León Sánchez (Astana Pro Team), Jasper de Buyst, Thomas de Gendt (Lotto-Soudal), Krists Neilands (Israel Start-Up Nation), Michael Gogl, Michael Valgren (NTT Pro Cycling), Nikias Arndt, Marc Hirschi, Soren Kragh Andersen et Nicholas Roche (Team Sunweb).


Michal Kwiatkowski enfin vainqueur dans un grand tour: "Je n'oublierai jamais ça"

"Je ne peux même pas exprimer à quel point je suis reconnaissant envers toute l'équipe et en particulier Richard. Je n'oublierai jamais ça", a déclaré 'Kwiato' à l'arrivée. "J'ai vécu de grands moments dans ma carrière cycliste, mais ça c'est totalement nouveau", a ajouté le champion du monde 2014. "Nous avons vraiment savouré les derniers kilomètres, en sachant que notre avance était suffisamment importante pour nous assurer la victoire."

"J'espère qu'Egan Bernal nous a regardés, qu'il va mieux et qu'il a apprécié ce que nous avons fait aujourd'hui. Nous avons tout essayé les derniers jours et aujourd'hui finalement, la façon dont nous avons couru Richard et moi aujourd'hui, c'était incroyable. Nous avons traversé beaucoup de choses pendant ce Tour, nous méritons cette victoire", s'est encore félicité le Polonais de 30 ans, également lauréat de Milan-Sanremo en 2017.

Second sur la ligne, Richard Carapaz s'est consolé en s'assurant de porter vendredi le maillot à pois du meilleur grimpeur. "Ça a été une victoire incroyable. On est partis tous les deux dans l'échappée, on voulait à la fois collecter des points pour le maillot à pois et aller chercher la victoire de l'étape, ça a été un travail collectif. On a décidé ensemble que Michal allait gagner l'étape et moi le maillot à pois. Maintenant, nous allons défendre ce maillot et il faudra trouver la meilleure stratégie pour le garder jusqu'à Paris", a expliqué le vainqueur du Tour d'Italie 2019.

Revivez la 18e étape