Le médecin du Tour évoque Armstrong

Le docteur Gérard Portes, médecin-chef du Tour depuis de nombreuses années, évoque la course et la personnalité de Lance Armstrong. "C'est un grand pro. Un excellent coureur, fin tacticien. Avant l'Alpe d'Huez, il a su se planquer dans les roues. Quant aux polémiques le concernant au départ du Tour, personne ne semble se souvenir qu'avant son cancer, il avait été champion du monde à 23 ans." " Armstrong appartient à cette race de mecs qui possèdent des moteurs de Formule 1, qui exercent un métier et ne font que cela. Ils ont une hygiène de vie qui me laisse admiratif, des capacités physiques exceptionnelles et surtout un pouvoir de récupération qui leur permet de repartir de bon pied le lendemain."
Armstrong appréciera le compliment...

Les Telekom cambriolés

Dans la nuit de mercredi à jeudi, l'autocar de l'équipe Telekom a reçu la visite de voleurs qui ont dérobé des papiers et quelques affaires personnelles du chauffeur Benoit Vereecke. Ce dernier conduisait l'autocar de Chamrousse à Perpignan et avait pris une chambre d'hôtel sur la route pour passer la nuit. Jeudi matin, en reprenant la route, il s'est aperçu de l'effraction. Cette péripétie a également quelque peu gêné Jan Ullrich qui n'a pas retrouvé "son" car à sa descente d'avion et qui a donc dû rejoindre Perpignan en voiture de location.

Voyage sans histoire

Les coureurs du Tour sont arrivés à Perpignan peu avant 12 heures après un transfert en avion depuis Grenoble. Les 166 rescapés et leurs accompagnateurs (trois par équipe) ont pris place dans deux avions différents, deux Boeing 737, qui sont arrivés à dix minutes d'écart, à 11h30 et 11h40. Lance Armstrong et Jan Ullrich avaient pris place dans le même avion, le premier à décoller. Les coureurs ont pris ensuite la route vers leurs hôtels respectifs situés à Perpignan et ses alentours.

Gros succès pour le Tour en Allemagne

Près de 4 millions de téléspectateurs allemands ont suivi mardi, au plus fort de l’audience, l’étape du Tour de France menant à L’Alpe-d’Huez, soit une part de marché de 41,2%, a-t-on appris auprès de la chaîne publique ARD qui diffuse l’épreuve. Cette étape a été suivie en moyenne par 2,49 millions de personnes (33% de part de marché), mais en a réuni jusqu’à 3,96 millions. Depuis le début du Tour, la part de marché moyenne n’est descendue que deux fois au-dessous des 20%: le 9 juillet (19,8%) pour l’étape Calais-Anvers et le 15 juillet (14,8%) pour Colmar-Pontarlier. Elle oscille sinon entre 22 et 33%, témoignant du fort intérêt des Allemands pour l'épreuve.

Ullrich veut attaquer

Evoquant la journée de repos, Jan Ullrich a expliqué: " J'étais vraiment heureux de la voir arriver ". Après le transfert en avion, l'Allemand a programmé une sortie de décrassage de 120 kilomètres. Pour ce qui est de la suite du Tour, Ullrich poursuit: " Je connais bien les étapes qui nous attendent. Elles sont difficiles, mais je les ai reconnues. Il y a des descentes dangereuses aussi la connaissance du terrain m'aidera. Il sera important d'attaquer tous les jours. Si j'ai de bonnes jambes, je le ferai".