Tour de France

Quelle belle victoire !

Rafal Majka a mené à bien une longue échappée en s'imposant, ce samedi, au sommet de l'ascension vers Risoul, pour décrocher son premier succès professionnel. Parti de bon matin dans un groupe de 17 hommes, dont faisaient partie Rodriguez, Nieve, De Marchi, Sagan et son équipier Roche, le Polonais se présentait au pied de la dernière montée avec 40 petites secondes d'avance sur le peloton des favoris. Il décidait alors de rapidement distancer ses compagnons d'échappée pour saisir la petite chance qui lui restait de résister au retour des ténors du Tour.

Esseulé, Nibali se reposait sur le travail de l'équipe AG2R qui avait pris la chasse à son compte. Une poursuite justifiée par les bonnes jambes de Péraud, 3e de l'étape dans la roue de Nibali, et Bardet, 5e, juste derrière Pinot. Tout ce beau monde se tenait en moins d'une minute tandis que Van Garderen se montrait lui aussi très costaud en lâchant Valverde en fin d'étape. L'Espagnol a finalement perdu une minute supplémentaire sur Nibali et se retrouve désormais à 4'37" au général, juste devant Bardet qui complète le podium virtuel à 4'50". Jurgen Van den Broeck a pour sa part explosé dans la dernière ascension pour terminer à 5 minutes. Il se retrouve donc à 11'02" de Nibali, à la 11e place provisoire.


L'Izoard escamoté

Malheureusement pour le spectacle, seule l'ascension vers Risoul fut quelque peu intéressante, si l'on excepte un début d'étape décousu et des cassures dans le peloton, où seuls Valverde et Nibali ne s'étaient pas laissés piéger. Une grande partie de l'étape fut très calme, ce qui a probablement permis à Majka de résister à Nibali en fin d'épreuve. Le Polonais avait en effet pu s'économiser dans le groupe de 17, bénéficiant du travail de Roche et Thomas (qui roulait pour Nieve) tout au long de l'après-midi. Jusque là, les ascensions du Lautaret et de l'Izoard avaient été quelque peu escamotées par les échappés et le peloton, qui grimpaient au train. Comme si la chaleur avait assommé ce Tour de France au cours des étapes alpestres.

L'étape de ce dimanche, beaucoup plus plate entre Tallard et Nîmes, devrait donc permettre à tout le monde de souffler. Marcel Kittel et André Greipel décideront probablement de l'issue de l'échappée du jour. Soit ils feront rouler leurs équipiers pour s'offrir un duel au sprint, soit ils laisseront filer et profiteront d'une journée plus calme pour se reposer quelque peu.