Le coureur de Cofidis se fait une joie de terminer son premier Tour

ST-AMAND-MONTROND Maxime Monfort terminera tout à l'heure son premier Tour de France à la 23e place. Sans le coup de barre subi dans le col de la Croix de Fer, mercredi, le meilleur Belge de cette 95e édition de la course au maillot jaune aurait fini bien plus haut dans le classement et sans doute serait-il resté longtemps en lice pour la conquête du maillot blanc de meilleur jeune.

Hier, le Luxembourgeois de Cofidis a été égal à lui-même. Il termine 26e de l'étape, trois secondes derrière un autre Wallon, Sébastien Rosseler, spécialiste des chronos.

"Ce n'était que la troisième expérience de ma carrière dans un contre-la-montre aussi long", expliquait Maxime après une étape qu'il avait disputée à fond, essentiellement pour emmagasiner de l'expérience supplémentaire. "Je n'avais pas beaucoup de repères; ce n'est pas facile à gérer comme effort. Je poussais un 54x11 comme développement maximal. Ce n'était pas trop grand; le problème, c'est que je manquais un peu de force. Les jambes étaient finalement les mêmes que ces trois derniers jours. J'espérais un peu mieux comme résultat, je l'avoue, mais même si ma performance est honorable, c'est la preuve que je termine ce Tour quand même fatigué. On m'avait dit que la troisième semaine serait dure, je le savais; maintenant, j'en suis certain."

Néanmoins, le Tour de France du coureur de Cofidis fut très satisfaisant. Aujourd'hui, l'arrivée à Paris sera pour lui une nouvelle expérience, la consécration de trois belles semaines.

"Je me rappelle ce que m'ont ditmes grands-parents"

"J'aurai certainement la chair de poule en arrivant sur les Champs-Élysées. Ce sera l'apothéose, peut-être le meilleur moment du Tour, poursuivait Monfort. Je me rappelle ce que m'ont toujours dit mes grands parents depuis que je suis coureur : Finir le Tour de France, arriver à Paris, c'est déjà très beau. Alors, je sais que ce sera formidable de passer près de la Tour Eiffel, au pied de l'Arc de Triomphe, de fouler les pavés des Champs-Élysées puis de faire le tour d'honneur avec l'équipe. Notre Tour a été une grande réussite avec ces deux victoires d'étape, Dumoulin à Nantes, Chavanel vendredi. On dit toujours qu'un coureur ne le devient vraiment que s'il termine le Tour, alors, on va dire que je deviendrai vraiment coureur ce dimanche."

Et dès jeudi, après trois jours passés auprès des siens, le Wallon prendra l'avion, direction la Chine et les Jeux Olympiques. Hier, Maxime Monfort n'avait pas trop envie de songer à Pékin et aux deux épreuves qui l'attendent là-bas.



© La Dernière Heure 2008