Au lendemain de son coup de barre vers l'Alpe d'Huez, Maxime Monfort a attaqué hier au départ

SAINT-ETIENNE Le peloton venait à peine de quitter Bourg d'Oisan, hier midi, quand Maxime Monfort s'est dressé sur les pédales.

Au lendemain de son calvaire en direction de l'Alpe d'Huez, le Wallon apportait de cette manière la plus belle des réponses. Non, il n'est pas complètement cuit et, non, il n'a pas renoncé, comme il l'avait d'ailleurs annoncé dès mercredi soir.

"Je savais que cela allait être difficile, car toute la première partie de l'étape était en légère descente, mais d'un autre côté, je pensais que beaucoup de coureurs étaient fatigués, expliquait Monfort après l'arrivée. On s'est retrouvé à sept (dont son équipier Augé, Pozatto ou Burghardt, le futur vainqueur). On a pris 55 secondes, au maximum, mais le peloton a réagi. La poursuite a duré 43 kilomètres car nous avions une très bonne entente devant, malheureusement, les Quick Step et les Bouygues ont roulé derrière pour nous reprendre. Pour Quick Step, je peux comprendre (NdlR : Barredo a attaqué ensuite), mais Bouygues, qui après s'est désintéressé de la course, vraiment pas."

Quelle différence avec la réaction de Stijn Devolder !

Le coureur de Nadrin a donc réagi de la meilleure manière après son coup de barre de la veille. Quelle différence avec Devolder, lui aussi victime d'un jour sans et qui ne s'en est jamais remis !

"Le moral, ça va, sourit l'Ardennais. Je sais très bien que j'avais les possibilités de finir le Tour dans le Top 15 cette année et qu'un mauvais jour en trois semaines m'en empêche. Mais je reviendrai l'an prochain pour le Top 10, je sais maintenant que j'en ai les capacités."

Encore sous contrat pour un an avec Cofidis, Monfort voit par ailleurs l'équipe se vider de ses leaders puisqu'après Nick Nuyens, parti chez Rabobank, c'est Sylvain Chavanel qui a annoncé qu'il rejoindrait Quick Step la saison prochaine.

"Ça me rend triste de voir qu'ils partent tous, disait-il encore. Franchement mon coeur balance entre me retrouver seul leader dans une équipe affaiblie ou devant partager les responsabilités dans une formation avec plusieurs chefs de file."



© La Dernière Heure 2008