Le Wallon annonce d'emblée qu'il n'a pas de réelles ambitions au classement général

Première étape en live, dès 15h45

Notre module Tour de France

En librairie, ne manquez pas notre guide de 64 pages sur le Tour de France!

MONACO C'est dans un nouveau maillot, teinté de vert et portant le nom d'un nouveau cosponsor, la firme HTC, que Maxime Monfort et ses équipiers se sont présentés, hier, au centre de presse du Tour. Un an après ses débuts, le Wallon revient sur la Grande Boucle avec ambition et soulagement.

"Je n'avais jamais douté de ma sélection jusqu'à ce que je me rende compte, lors du stage de l'équipe, avant le Tour de Suisse, que nous étions douze ou treize coureurs de l'équipe certains d'être sélectionnés" , sourit-il. "J'ai eu une discussion avec les directeurs sportifs où l'on m'a confirmé que nous étions plus de candidats qu'il n'y avait de places et que tout se jouerait sur le Tour de Suisse. Ensuite, après la course, j'ai eu une demi - journée de doute, car on ne m'avait rien dit."

La situation du coureur de Nadrin a aussi changé. De chez Cofidis où il avait quartier libre et jouait même le rôle de leader, il y a un an, Maxime est désormais un des pions d'une des plus fortes, si pas la plus forte, équipes au monde.

"Nous avons énormément d'ambition sur tous les terrains, avec Kirchen et Rogers pour le général et Cavendish pour les étapes et le maillot vert" , raconte Monfort. "L'équipe a d'ailleurs été construite en ce sens, afin d'être performante partout. Tous les coureurs qui sont restés à la maison avaient leur place ici. C'est clair dans ma tête, je n'aurai donc pas énormément d'ambitions personnelles, si ce n'est celle de travailler pour l'équipe, sur le plat peut-être, mais surtout, en montagne où je devrai aider Kim. Je vais me mettre un ou deux ans au service des autres, avant de penser à moi. Mais je ne suis pas fait pour faire un podium au Tour, je le sais. Une place dans le Top 10, sans doute, mais qu'est ce que cela représente ?"

Le Luxembourgeois a également commenté la décision de réintégrer Tom Boonen parmi les 180 coureurs du Tour.

"C'est étonnant, je n'y croyais pas" , dit-il. "On a enfin séparé le sport des autres problèmes. C'est une bonne nouvelle. Pour lui, bien sûr, mais également pour tout le cyclisme belge. Et pour Mark (Cavendish), la présence de Tom est également intéressante. Ça devrait nous faire des alliés de plus. Après, ils (Cavendish et Boonen) n'ont qu'à se débrouiller entre eux et, franchement, je n'ai pas peur du résultat..."



© La Dernière Heure 2009