"Julian ne méritait pas de le perdre comme cela mais le règlement est le même pour tout le monde", déclare Patrick Lefevere, le manager de l'équipe Deceuninck - Quick-Step au journal Le Parisien.

Le ravitaillement interdit qui a entraîné la perte du maillot jaune pour Julian Alaphilippe a été assuré par un membre de l'équipe Deceuninck - Quick-Step. Sur les images TV, le bidon est tendu au coureur français à 17 kilomètres de l'arrivée, soit au-delà de la limite réglementaire des 20 derniers kilomètres autorisée pour un ravitaillement en course.

"C'est très dur mais il y a un règlement", dit Patrick Lefevere. "Et si on l'applique avec sévérité aux autres, alors c'est pareil pour nous. Le maillot jaune n'est pas au-dessus des autres. Si personne n'a prévenu les coureurs qu'on pouvait ravitailler après les vingt derniers kilomètres alors, c'est ce que c'est interdit. Tout le monde le sait. Mais visiblement quelqu'un chez nous ne le savait pas. Le vélo, c'est perdre son maillot sur une chute, une crevaison, une méforme ou si on tombe sur plus fort que soi. Mais le perdre pour une telle stupidité... Et en plus, celui qui a commis cette stupidité est de chez nous. Personne ne peut être content. Je ne le suis pas. Julian ne méritait pas de le perdre comme cela mais le règlement est le même pour tout le monde. C'est incroyable", ajoute Lefevere, qui "relativise". "Cela va passer comme un coup de vent et on va relever la tête. Tout cela n'est qu'une petite chose".