Tadej Pogacar a gagné. Il a même fait le show, ce vendredi, en remportant en solitaire la troisième étape du Tour de Slovénie devant son équipier Rafal Majka, à qui il chipe le maillot de leader.

En temps normal, la belle forme du double vainqueur du Tour de France, immense favori à sa propre succession, serait la plus grande nouvelle cycliste de la journée. Mais le Covid est passé par là. Et il est de retour dans le peloton.

En Slovénie, l’équipe UAE a perdu deux coureurs (Berg, testé positif au coronavirus, et Vegard Stake Laengen, qui partageait sa chambre). Et en Suisse, en raison de plusieurs cas positifs, l’équipe émiratie s’est carrément retirée de la course, comme Alpecin-Fenix, la Bahrain-Victorious et plusieurs autres coureurs comme Vlasov (Bora Hansgrohe), Vervaeke (Quick Step Alpha Vinyl) ou Uran (EF). Au total, ce sont… 30 coureurs qui ont été déclarés non partants ce vendredi matin. Jeudi, 20 coureurs avaient déjà quitté la course dans les mêmes circonstances.

Inutile d’écrire que l’inquiétude est grandissante à quinze jours du Tour de France, que personne ne veut manquer pour des raisons sanitaires. "La situation n’est pas terrible", a avoué Pogacar ce vendredi matin au départ de Slovénie. En Suisse, la question du maintien de la course s’est même posée. "Mais si les coureurs ne sont pas en danger, il ne faut pas arrêter", a expliqué Philippe Gilbert sur Proximus.

Le nombre de cas est réévalué au jour le jour et il pourrait encore grandir dans les prochaines heures. L’abandon d’autres équipes n’est pas à exclure. "Personne ne veut prendre de risque à l’approche de la plus grande course de l’année", expliquait Sven Nys à Sporza.

En attendant, le masque buccal est redevenu la norme une fois que les coureurs ne sont pas sur le vélo.