Rasmussen, 37 ans, roule cette année au sein de l'équipe continentale Christina Watches dont il est aussi le manager

AMSTERDAM Le coureur cycliste danois Michael Rasmussen estime toujours incompréhensible le fait d'avoir été éjecté du Tour de France 2007 par la direction de sa propre équipe Rabobank alors qu'il était porteur du maillot jaune et sur le point de remporter la victoire à Paris. "Je suis la victime du plus grand scandale de l'histoire du Tour de France", a-t-il confié samedi au journal néerlandais De Telegraaf.

Rasmussen avait été chassé du Tour après avoir menti sur sa localisation, les fameux whereabouts, avant le départ de la Grande Boucle. Rasmussen avait déclaré être à Mexico alors qu'il se trouvait en réalité en Italie, de manière à échapper ainsi à tout contrôle antidopage inopiné.

"Selon les règlements, je n'aurais jamais dû être sanctionné", ajoute Rasmussen. "Je n'aurais jamais dû être évincé du Tour. Aucun règlement ne justifiait cela. Je peux bien maintenant avouer que j'ai contourné les règlements. Ou plutôt: je les ai utilisés. Je connaissais les règles en cas d'indication fautive des whereabouts peut-être mieux que quiconque. J'en connaissais les conséquences. J'aurais dû être au plus réprimandé. Mais je ne savais pas qu'ils me sanctionneraient sur base d'un règlement qu'ils n'ont adopté que deux ans plus tard en 2009."

Rasmussen est toujours en procès avec Rabobank. Il exige, en appel, à titre de dommages 5,6 millions d'euros. L'affaire devrait être jugée par la justice néerlandais vers la fin de l'année.

Rasmussen, 37 ans, roule cette année au sein de l'équipe continentale Christina Watches dont il est aussi le manager.

© La Dernière Heure 2011