Renshaw, le "lanceur" attitré de Cavendish a donné des coups de casque répétés à Julian Dean avant d'enfermer Farrar contre les barrières

­Les réactions de Renshaw, Dean, Farrar et Museeuw

Triplé de Cavendish, Petacchi prend le maillot vert


BOURG-LES-VALENCE Renshaw (HTC-Columbia), le "lanceur" attitré du Britannique Mark Cavendish (vainqueur de l'étape), a donné des coups de casque répétés au Néo-Zélandais Julian Dean, qui travaillait pour l'Américain Tyler Farrar.

L'Australien a ensuite gêné Farrar qui s'est retrouvé enfermé le long des barrières dans le sprint. "On n'a vu qu'une fois le film", a déclaré Jean-François Pescheux à propos de la décision des commissaires de course. "Il (Renshaw) tape avec la tête, un peu comme au keirin. Mais, on est dans le sport cycliste, on n'est pas dans le combat. Tout le monde aurait pu être sur le dos ce soir. On ne peut pas accepter cela."



REACTIONS

Tour de France - Renshaw: "Je n'avais pas d'autre choix"

L'Australien Mark Renshaw, mis hors course jeudi après le sprint de la 11e étape du Tour de France, a estimé qu'il "n'avait pas d'autre choix" que de se déporter vers le Néo-Zélandais Julian Dean qui le "poussait dans les barrières". "C’était très dangereux. Le coureur de Garmin a essayé de virer à gauche sur moi, j’étais déjà sur les barrières. Il me pousse: ou je chute ou je me penche vers lui. Je n'avais pas d'autre choix", a déclaré Renshaw avant d'avoir connaissance de la décision du jury des commissaires de le déclasser et de l'exclure du Tour.

L'Australien de la formation HTC-Columbia a été mis hors course pour avoir asséné plusieurs coups de tête à Julian Dean puis coupé la trajectoire de Tyler Farrar, lui aussi de Garmin-Transitions, dans le sprint final de la 11e étape, remporté par son sprinteur Mark Cavendish. "On a critiqué Cavendish pour ne pas avoir sprinté droit au Tour de Suisse (lors d'une chute à l'arrivée de la 4e étape), mais tout le monde fait la même chose. Le Tour de France, c’est toujours dangereux", a estimé Renshaw. "C'était un sprint loyal, Cavendish a gagné de deux longueurs", a-t-il estimé.

Julian Dean: "Je n'ai fait aucun mouvement"(AFP)
Julian Dean, victime de coups de tête de Mark Renshaw, et son sprinter Tyler Farrar ont estimé que l'attitude dangereuse de l'Australien, mis hors course après la 11e étape du Tour de France, a gâché un sprint qui s'annonçait parfait pour eux.

"J'ai passé Renshaw et je voulais rester à pleine vitesse, il n'a pas eu l'air d'apprécier. Je n'ai fait aucun mouvement. La seule chose dont je me souvienne ensuite, c'est qu'il se penche sur moi et me tape avec la tête", a raconté Julian Dean. Julian Dean, interrogé sur les propos de Renshaw qui affirme qu'il a été poussé contre les barrières, a rétorqué: "Il dit ce qu'il veut".

Visage fermé et ton sec, le Néo-Zélandais, partenaire de Renshaw au Crédit Agricole en 2006 et 2007, a également pointé "une attitude inappropriée et dangereuse". "Je ne le connaissais pas comme ça quand j'étais avec lui au Crédit Agricole. Mais ce n'est pas la première fois, on a déjà vu ça plusieurs fois sur le Tour", a-t-il estimé.

Tyler Farrar fâché sur Renshaw (BELGA)
Tyler Farrar (Garmin) a terminé troisième de la 11e étape du Tour de France, disputée jeudi entre Sisteron et Bourg-lès-Valence. Le coureur américain s'en prend à Mark Renshaw, coéquipier du vainqueur du jour Mark Cavendish, coupable de lui avoir couper la route et d'avoir donné des coups de tête à Julian Dean.
"Un sprint final tumultueux, c'est le moins qu'on puisse dire", raconte Tyler Farrar. "C'est extrêmement dangereux de fermer la porte de cette manière et c'est pourquoi je suis particulièrement fâché sur Mark Renshaw."

"D'abord il y a eu les coups de têtes avec Julian Dean. Ensuite il est venu me couper le chemin. J'étais à ma vitesse maximale, j'ai du donner un coup de guidon pour conserver ma place. Non, on ne peut pas tolérer cela. Je ne vais pas déposer plainte parce que ça ne m'appartient pas de faire ça. Le gagnant Mark Cavendish n'a après tout rien à se reprocher. C'est au jury de décider ce qui doit arriver à Renshaw."
L'Australien a été exclu du Tour de France par le jury des commissaires de course.

Museeuw: "Je ne comprends pas la réaction de Renshaw" (BELGA)

Johan Museeuw a assisté en direct au sprint final de Bourg-lès-Valence. "J'ai rarement assisté à ça et l'exclusion de Renshaw est parfaitement justifiée", explique l'ancien coureur? "Je ne comprends pas pourquoi Renshaw se démène comme ça. Tout cela n'était pas nécessaire, car Cavendish était encore une fois trop rapide pour tous les autres sprinters."

© La Dernière Heure 2010