9e étape. Pontarlier - Aix-les-Bains, 185 km
km 185 Ivanov termine en poursuiteur et s'impose.
km 180 A 5 bornes de l'arrivée, Ivanov a 6 sec. d'avance sur ses anciens compagnons et 40 secondes sur le peloton.
km 174 Juste avant la banderolle annonçant les 10 derniers kilomètres, Moreau et ses équipiers reviennent dans le premier peloton. Un second groupe, avec plusieurs sprinters, dont Kirsipuu, Vainsteins et Steels compte plus de 3.30 de retard. Quant aux attaquants, ils n'ont plus que 55 secondes d'avance. Ivanov tente de partir seul.
km 172 Alors que l'écart est tombé à 1.30 sur un premier peloton, au sein duquel on retrouve tous les favoris, ainsi que le maillot jaune, Christophe Moreau est victime d'une crevaison. Or, à ce moment-là, le premier groupe roule à bloc pour revenir sur les attaques. Le Français est attendu par plusieurs équipiers.
km 161 Passages au sprint-bonification de Rumilly: 1. McGee, 2. Ivanov, 3. Etxebarria. A 25 km du but, plusieurs attaques dans le peloton dont celles de Bettini et Dierckxsens. Le trio compte toujours 2.15 d'avance.
km 145 Au sommet de la côte de Bossy, soit à 40 km du but, Etxebarria devance McGee et Ivanov. Le peloton, qui a perdu de nombreuses unités parmi lesquelles Millar, Verbrugghe, Vainsteins, Museeuw, etc., suit à 2.25. Plusieurs cassures dans le peloton, O'Grady, par exemple, est distancé.
km 141 McGee devance Ivanov et Etxebarria au sprint-bonification de Frangy. Le peloton n'a plus que 3.30 de retard.
km 127 L'équipe Bonjour mène le peloton et l'écart diminue. 6.10, puis 5.30 au moment d'aborder la côte de Pralon (4e cat.). Passages au sommet: 1. Mc Gee, 2. Ivanov, 3. Etxebarria.
km 110 Agnolutto plafonne à 2.50. Le peloton est à 7.05.
km 100 Brusquement, le peloton se désintéresse de l'attaque et l'écart avec le trio d'attaque franchit le cap des six minutes. Agnolutto demeure à 2 min. des premiers.
km 92 Le trio compte 1.45 d'avance sur Agnolutto, parti seul en contre. Le peloton est pointé à 3.20. Durand et Hushvod sont victimes d'une chute dans le peloton.
km 80 Au contrôle de ravitaillement de La Vattay, le trio de tête compte 1.15 sur Den Bakker et Chavanel et 1.25 sur le peloton. Blessé au genou depuis sa chute de la veille, Loïc Lamouller abandonne.
km 68 Passages au sommet de la côte des Rousses: 1. D. Etxebarria, 2. Mc Gee, 3. Ivanov; le peloton suit à 2 min.
km 61 Ivanov est revenu sur le duo de tête. Les trois hommes comptent 2.25 d'avance sur le peloton au moment d'entamer l'ascension de la côte des Rousses (3e cat.). Dès les premiers lacets, Ludovic Capelle et Lamouller sont distancés.
km 50 Plus de 50 km - 50,5 exactement - ont été parcourus au cours de la 1e heure de course. Les échappées sont nombreuses, mais le peloton ne semble pas décidé à laisser faire comme la veille. Le tandem McGee-Etxebarria compte 25 sec. d'avance sur Ivano et une dizaine de plus sur le groupe.
km 28 Le sprint-bonification disputé à Mouthe est remporté par Rik Verbrugghe devant Larsen et Chavanel. Peu après, une dizaine de coureurs, dont Bettini et Bartoli essayent de partir. Ils sont rejoints. Ce sont alors McGee et David Etxebarria qui prennent une légère avance.
km 5 Dès le départ, plusieurs coureurs essayent de se dégager. Parmi les premiers attaquants, on cite Eddy Seigneur, Tauler avec Cassani et Larsen, puis Bartoli avec Guerini, enfin Rik Verbrugghe. Le Belge repris, ce sont Bettini et Tosatto qui tentent, en vain, leur chance.
km 0 Le départ de la 9e étape est donné à 12 h 44. Au menu, 185 km, trois côtes répertoriées et trois sprints-bonification. L'arrivée à Aix-les-Bains est prévue vers 17 h 15.



LES INFOS PRATIQUES
...............................
Le tracé
Repérez les endroits cruciaux de la journée
Les classements généraux
Besoin d'un rappel des écarts entre les favoris ?
.......................................
LES DERNIERS ECHOOOOOOS
........................
Blijlevens se retire
Devançant sans doute une retraite inéluctable, Jeroen Blijlevens a abandonné le Tour. Le sprinter hollandais n'aura donc pas servi à grand-chose au sein de l'équipe Lotto. Il a même pris la place d'un coureur qui aurait assurément été plus motivé. Thierry Marichal par exemple...
Toujours un Merckx
Lue cette inscription, couchée sur macadam, dans la côte de Bossy: Toujours un Merckx . Il y en a même deux dans la caravane: Axel sur un vélo, Eddy devant le micro de la RTBF aux côté de Rodrigo Beenkens.
L'étape annulée d'Aix-les-Bains
Le Tour de France s'est déjà rendu de nombreuses fois à Aix-les-Bains. La série a été inaugurée en 1931 par Bulla. Côté belge, on relève les succès de Meulenberg (1936), Deloor (1937), Kint (1938) et Merckx (1974). La dernière visite à Aix-les-Bains est un mauvais souvenir pour les organisateurs. C'était en 1998. En plein coeur de l'affaire Festina, l'étape avait dû être annulée...
Steels doit se débrouiller seul
Les abandons de ses équipiers Zanini et Fornaciari ce week-end n'ont pas nécessairement fait plaisir à Tom Steels. " Je reviens peu à peu en forme et voilà que mes meilleurs équipiers en cas de sprint quittent la course. Tant pis. Je devrai me débrouiller seul à l'avenir..."
Voet interdit de village
Un hebdomadaire flamand a essayé d'accréditer Willy Voet pour que l'ancien soigneur de Festina puisse accéder un jour au village-départ du Tour. Mais comme il s'agit d'une organisation privée, la Société du Tour se réserve de droit d'inviter ou de refuser qui elle veut dans son village. Et Willy Voet n'est pas le bienvenu. L'accréditation a donc été refusée.
Demarbaix souffrant
Sébastien Demarbaix, l'un des deux Wallons de l'équipe française AG2R est souffrant. Il a des problèmes de digestion et a dû faire appel au médecin du Tour à plusieurs reprises au cours de l'étape de dimanche.
Echappées-record
Evidemment, le dénouement de la 8e étape n'a pas manqué de frapper les imaginations. Les spécialistes ès-Tour de France se sont plongés dans les archives. Y a-t-il des traces d'une telle échappée ? En réalité, l'échappée des 14 dimanche, n'est pas la plus longue de l'histoire - et il n'est question ici que de l'après-guerre, soit à partir de 1947. Cette année-là, précisément, le Français Albert Bourlon avait parcouru 253 km entre Carcassonne et Luchon. Il y a dix ans seulement (1991), Thierry Marie s'était imposé au Havre après une échappée de 234 km. On relève aussi le succès de Perez Frances en 1963 (223 km) et de Quilfen en 1977 (222 km). Pour rappel, l'échappée dont est issu Erik Dekker a duré 217 km. Quant aux écarts, comme pour le kilométrage d'ailleurs, il n'existe des statistiques que lorsque l'échappée était solitaire, le record ici étant celui de Viejo, en 1976. Il avait atteint Manosque avec 22.50 d'avance. Une fois qu'il s'agit d'une échappée de plusieurs coureurs, les comparaisons sont évidemment plus difficiles. N'empêche, l'étape de dimanche entrera dans l'histoire de la course !