Après l’arrivée de Mûr-de-Bretagne, VDB et Gilbert se sont expliqués mais hier, c'est entre ce dernier et Greipel qu'il y avait de la friture sur la ligne

L’arrivée de la 4e étape à Mûr-de-Bretagne a donné lieu à beaucoup de commentaires et d’interprétations.

C’est surtout la phase de la finale où l’on vit Philippe Gilbert boucher le trou qu’avait fait son équipier Vandenbroucke (alors qu’Evans s’était intelligemment écarté pour laisser travailler ses adversaires) qui suscita le plus de réactions. Pour bon nombre de spécialistes, Gilbert aurait dû laisser aller son compagnon d’équipe et se caler dans les roues pour éventuellement profiter ensuite de l’effort fourni pas ses rivaux pour revenir sur VDB .

Ce n’est pourtant, que plus tard, à l’hôtel, en revoyant les images que Van den Broeck se rendit compte de la manœu-vre effectuée par son équipier. Les deux hommes en ont alors discuté ouvertement.

“On a effectivement parlé tous les deux, calmement, entre adultes responsables”, confiait VDB le lendemain matin. “Vous vous demandez sans doute si j’étais fâché”, dit VDB , “mais, pour être honnête avec vous, je ne m’étais même pas rendu compte que j’avais pris quelques mètres sur le reste du peloton. Il est vrai que c'est Phil qui bouche le trou et c’était sans doute une erreur tactique, ce n’était pas à lui de réagir. Alors pourquoi? La nervosité, l’incertitude par rapport à sa forme qui n’était pas celle de samedi? Moi, par contre, j’étais vraiment super. J’étais sur le grand plateau alors que tous les autres étaient sur le petit. Bah ! n’en parlons plus. C’est le genre de choses qui arrive après tout.”

C’est vrai, mais c’est aussi le genre de choses qui doit être rapidement réglé, ce que les deux hommes ont apparemment pu faire.


Des tensions avec Greipel ?


Une certaine tension régnait aux alentours du bus de l'équipe Omega Pharma - Lotto après l'arrivée de la cinquième étape. Selon la RTBF, les deux directeurs sportifs de l'équipe belge auraient rappelé à l'ordre Philippe Gilbert, "coupable" d'avoir jouer sa carte personnelle lors du sprint alors que la consigne de départ était de tout donner pour André Greipel.

Le sprinteur allemand, 6e hier, l'avait saumâtre. "Ce n'est pas une équipe" aurait fulminé le teuton après avoir coupé la ligne d'arrivée et jeté son vélo par terre. Greipel espérait en effet avoir un retour d'ascenseur de la part du champion de Belgique après un début de Tour où il n'a jamais hésité à se mettre à plat ventre pour tenter de placer le remoucastrien sur orbite. Il faut dire que les arrivées favorables aux routiers sprinteurs seront rares sur ce Tour 2011.

Les critiques sur l'individualisme dont ferait preuve Philippe Gilbert ne datent pas de ses derniers jours. Il y a quelques semaines, Greg Van Avermaet n'avait pas hésité à déclarer qu'il verrait d'un mauvais œil une arrivée du nouveau maillot vert chez BMC. "J'ai quitté Omega Pharma-Lotto pour pouvoir jouer ma carte. Ce qui n'était pas possible avec Gilbert dans l'équipe", disait-il à l'époque.

© La Dernière Heure 2011