Àmoins d’une semaine de l’arrivée, la caravane du Tour de France, au sens large du terme, s’offre ce lundi sa deuxième journée de repos en Isère. Après tous les efforts consentis depuis le Grand Départ de Nice et en attendant ceux à venir lors des six dernières étapes, ces moments de farniente seront les bienvenus alors que la canicule est attendue dans le département autour de Grenoble, avec un maximum de 32 °C.

Une sortie de décrassage, une éventuelle reconnaissance de l’une ou l’autre montée empruntée durant la troisième semaine, quelques points presse et beaucoup de temps de récupération sont au programme des 156 rescapés. Lesquels devront aussi satisfaire à un nouveau test PCR de détection du Covid-19, selon le protocole sanitaire validé par les autorités françaises. Pour cette nouvelle (et dernière) vague, comme cela a été dit il y a une semaine, les compteurs sont remis à zéro. Les quatre équipes touchées en Charente-Maritime par un test positif (AG2R La Mondiale, Cofidis, Ineos, Mitchelton-Scott) n’ont donc pas plus à craindre que les dix-huit autres formations.

Pour qu’une équipe soit exclue du Tour, il faudrait donc deux nouveaux cas positifs lors d’une opération étalée sur dimanche et lundi, pour des raisons techniques. Pas moins de 841 tests avaient été effectués il y a une semaine à La Rochelle dont près de 700 pour la "bulle course", dont 650 pour les 22 équipes.

Ce ne sont pas les seules mesures prises sur la Grande Boucle à propos de l’épidémie de coronavirus. L’accès du public aux zones de départ et d’arrivée a été restreint depuis quelques jours dans des départements classés en zone rouge. Des fan zones ont été annulées afin d’éviter les rassemblements. De même, l’accès du public sur la plupart des grandes ascensions sera limité, voire interdit, comme c’était le cas ce dimanche dans les trois grandes difficultés dans l’Ain. "Les décisions préfectorales sont prises département par département", a expliqué le directeur du Tour, Christian Prudhomme, positif (et asymptomatique) la semaine dernière, dont on attend le retour mardi, sous réserve d’un résultat négatif au nouveau test qu’il passera ce lundi.

Enfin, aucune décision n’a encore été prise pour un final à huis clos sur les Champs-Élysées. "On vit au jour le jour", dit Thierry Gouvenou, le directeur de course et adjoint de Prudhomme. "Espérons que nous arriverons à Paris. Nous devons nous adapter selon les régions et les décisions des autorités."