Tour de France

Deuxième du Tour de France 2017, le Colombien a repris sur le Tour de Californie après sa fracture de la clavicule subie à Paris-Nice.

Ce n’est pas le grand favori du prochain Tour de France. Mais le Colombien Rigoberto Uran reste un sérieux outsider. Le puncheur-grimpeur a de solides références sur les épreuves de trois semaines. Même s’il n’a jamais remporté un Grand Tour dans sa carrière. Mais il a terminé deux fois deuxième du Tour d’Italie. En 2013 et en 2014, quand il avait été battu par Vincenzo Nibali et Nairo Quintana. Et en 2017, il s’était aussi classé deuxième du Tour de France. Peut-il remonter sur le podium de la Grande Boucle cette année ? Le leader de la formation EF Education First avait été contraint à l’abandon, l’an passé, à cause d’une chute.

Il n’a pas eu plus de réussite en ce début de saison, puisqu’il est tombé sur Paris-Nice, lors de la deuxième étape, et s’était cassé la clavicule. Il vient seulement de reprendre la compétition, sur le Tour de Californie.

"Je me suis bien remis de ma blessure", a-t-il déclaré à Cyclingnews. "Et je me suis bien préparé pour ma reprise." Il s’est notamment entraîné chez lui, en altitude, en Colombie. Mais il a donné des signes encourageants au staff de son équipe. "Il évolue assez bien", précise son directeur sportif Charles Wegelius. "Sa blessure à Paris-Nice n’était bien évidemment pas idéale, mais il revient bien. Et ce Tour de Californie est une bonne reprise de compétition, car il y a de longues étapes et, surtout, elles ne sont pas trop techniques. Cette épreuve est aussi une bonne relance pour Rigoberto en vue du Tour de France. Il sera d’ailleurs notre leader en juillet, sur les routes françaises."