2021: “opi-omi”

Si le Tour de France 2021 a été jalonné par de nombreuses chutes, celle survenue lors de la première étape, le 26 juin, est restée dans toutes les têtes. Une supportrice plus occupée par les caméras que par la course, pancarte “Allez Opi-Omi” à la main, provoque la chute de Tony Martin (Jumbo Visma) en tête du peloton. Derrière, une grosse partie du groupe tombe aussi, dont des favoris comme Primoz Roglic .

L’épisode lui vaudra d’être placée en garde à vue et d’être condamnée à 1200 euros d’amende . La chute ne fera pas de dégâts directs. Mais ce sont les chutes à répétition lors de ce Tour qui feront abdiquer plusieurs coureurs.


Wout Van Aert 2019: l’horreur du chrono

Ce contre-la-montre de Pau lors de la 13e étape du Tour 2019 reste tristement célèbre. En cause, la lourde chute de Wout Van Aert, alors en voie de réaliser le meilleur temps. A pleine vitesse, en entrée de virage, il accroche la banderole publicitaire et se blesse très lourdement à la cuisse et à la fesse. Alors champion de Belgique du contre-la-montre, il est forcé d’abandonner, trois jours après avoir gagné à Albi. La suite de sa carrière est un temps remise en question. Il remontera sur le vélo quelques mois plus tard et s'imposera dès son retour sur le Tour en 2020.

 

Philippe Gilbert 2018: revenu de l’enfer pour terminer l’étape

C’est le genre de chute le plus effrayant. Celui où le coureur disparaît dans un ravin. C’est le cas de Philippe GIlbert dans la descente du Portet d’Aspet en 2018, durant la 16e étape. Une trajectoire mal négociée, un parapet et derrière, le vide… On craint alors le pire pour Phil, qui vit en 2022 sa dernière saison au sein du peloton. L’adrénaline faisant, il parvient à remonter du ravin, à se remettre en selle et finir l’étape. Le Remoucastrien se verra octroyer le prix de la combativité. Mais après l’arrivée, son genou triple de volume. Il est contraint à l’abandon.


Richie Porte 2017: la descente du Mont du Chat

Une descente raide et étroite, des virages sur un sol humide, ce sont sans doute les pires conditions que les coureurs puissent rencontrer. Ce n’est pas Richie Porte (BMC) qui dira le contraire. Souvent malchanceux sur la Grande Boucle, sa chute dans la descente du Mont du Chat en 2017 aurait pu lui être fatale. Dans une succession de petits virages lors de la 9e étape, la roue avant du Britannique part dans l’herbe. Il tente de contrôler mais chute sur le sol mouillé, emporte Dan Martin avec lui et va lourdement cogner la falaise la tête la première. Il est immédiatement emmené en ambulance.

A l’issue de l’étape, Quick-Step, l’équipe de Dan Martin, publie une photo du casque du coureur, partiellement détruit par la chute. On n’ose imaginer ce qui leur serait arrivé sans casque…


3e étape du Tour 2015: Bonnet à pleine vitesse

Une longue route large et droite, en faux-plat descendant. Il n’en fallait pas plus pour que le peloton roule à bloc à 60 km/h dans la troisième étape du Tour 2015 entre Anvers et Huy. Mais à 57 kilomètres de l’arrivée, le Français WIlliam Bonnet, aux avant-postes du côté droit de la route, chute violemment. Derrière, une vingtaine de coureurs sont pris également. Parmi eux, le maillot jaune, Fabian Cancellara. Après avoir effectué un soleil, il passe de peu à côté d’un poteau d’éclairage public et valse dans les arbustes. La course est suspendue, tellement les dégâts sont importants. Cancellara finira l’étape mais ne prendra pas le départ le lendemain. Bonnet, lui, est lourdement blessé et doit, évidemment, abandonner.


Johnny Hoogerland 2011: valsé dans les barbelés

Les chutes qui impliquent des voitures de la course ne devraient jamais arriver. Et pourtant… Johnny Hoogerland et Juan Antonio Flecha doivent garder de la 9e étape du Tour 2011 un douloureux souvenir. Alors dans l’échappée, ils sont bousculés par une voiture d’équipe et valsent dans les barbelés en bord de route. Le Néerlandais, héroïque, ira non seulement au bout de l’étape, à l’issue de laquelle il endosse le maillot à pois, en pleurs. Mais il finira aussi le Tour de France, malgré 33 points de suture . Il sera d’ailleurs élu super-combatif. C’est toute la sécurité des coureurs et la responsabilité de l’organisation qui sera remise en cause après cet accident.