Le regard posé sur la lointaine vallée quelques hectomètres derrière la ligne d’arrivée d’Orcières-Merlette, Greg Van Avermaet semblait déjà songer au programme de la cinquième étape de ce Tour de France.

"Ce pourrait, en effet, être une belle opportunité pour moi, soufflait le champion olympique. J’ai en tout cas pointé cette journée lorsque j’ai étudié le livre de route avant le Grand Départ. Même si les 5 derniers kilomètres ne présentent pas des pentes incroyables, ils sont tout de même en faux plat montant et cela pourrait mettre à mal le dispositif de certaines équipes de sprinters. Il faudra voir comment celles-ci décident de contrôler les choses, mais il nous appartiendra d’être malins et de perturber leurs plans. Matteo Trentin et moi, nous aurons deux cartes intéressantes à abattre au sein de l’équipe. Et, avec les jambes que je possède pour le moment, il doit m’être possible de tenter quelque chose."

Toujours dans le groupe des favoris au moment d’aborder la dernière ascension mardi, Golden Greg n’a pas tenu le rythme endiablé imposé par les Jumbo-Visma jusqu’au sommet mais s’est rassuré sur son état de forme.

"Mes sensations étaient vraiment bonnes, et je sens que la forme va crescendo depuis le début de cette Grande Boucle", continuait le papa de Fleur et Roos. "J’ai tenté de m’accrocher aussi longtemps que je le pouvais car je savais que cette ascension finale n’était pas extrêmement longue, mais j’ai rapidement compris que je ne serais pas en mesure de supporter le tempo imposé par l’équipe de Roglic et Dumoulin jusqu’à l’arrivée."