Vansevenant interrogé pendant 4 heures par le parquet, nie tout lien avec l’équipe

BRUXELLES L’affaire fait déjà grand bruit dans la caravane du Tour de France. Pourtant, il est impossible actuellement de lier le cas Vansevenant à l’équipe de Jurgen Van den Broeck. Mais au Tour, on le sait, tout est amplifié, commenté et parfois... déformé!

L’ancien coureur lui-même jure ses grands dieux que son affaire n’a rien à voir avec la formation qu’il a quittée voici trois ans (pour prendre sa retraite). Il regrette d’ailleurs que l’amalgame soit d’ores et déjà fait par certains. Mais peut-être aurait-il dû y réfléchir à deux fois avant de commander ce TB 500, un produit utilisé pour les chevaux! Surtout quand on sait que Vansevenant, chaque année en juillet, balade des VIP’s au Tour de France pour le compte des Omega Pharma-Lotto et qu’il a donc des contacts réguliers avec les coureurs. “Je suis littéralement dévasté de voir que ce qui m’arrive est mis en relation avec l’équipe Lotto”, disait-il hier. “J’apporte un démenti formel à ce sujet. Je regrette vraiment qu’on puisse penser cela.”

Le parquet d’Ypres, qui l’a interrogé pendant 4 heures après que ses produits, importés d’Australie, ont été interceptés par la police des douanes de l’aéroport de Zaventem, est pourtant persuadé qu’il s’agit de dopage, même d’un des derniers musts en matière de produits dopants, qui pourrait être utilisé en cyclisme. Et le professeur Van Eenoo, du laboratoire universitaire de Gand, est catégorique. “Il s’agit d’un produit extrêmement dangereux”, confie-t-il. “Il sert à soigner les chevaux et est classé comme dopant car il n’est pas approuvé pour l’utilisation sur ou par des humains. Il n’a d’ailleurs pas été testé sur des humains et l’on ne connaît donc pas les effets secondaires qu’il peut avoir sur les hommes. En outre, le TB 500 est classé comme une hormone peptide, la famille dans laquelle sont répertoriées les hormones de croissance et l’EPO.”

Alors, pourquoi un ex-coureur a-t-il recours à un tel produit alors qu’aujourd’hui, il regarde surtout les courses bien assis dans son salon, devant sa télé ? “Depuis que j’ai arrêté la course voici 3 ans, je voyais mon corps dégénérer et, mentalement, je ne l’acceptais plus”, dit Vansevenant. “Ce corps d’athlète que je voyais fondre, cela m’était insupportable. Voilà pourquoi j’ai commandé ce produit par Internet que je pensais être des acides aminés. J’en avais déjà commandé une fois, le résultat m’agré-ait. Je ne sais pas ce qui va se passer maintenant. Les produits n’ont pas encore été analysés par le parquet, qui a procédé à une perquisition chez moi, laquelle n’a rien donné. J’ai aussi été interrogé pendant 4 heures, mon GSM a été examiné sous tous les angles.”

En attendant, le mal est fait...



© La Dernière Heure 2011