Le Campinois, neuvième lundi, a conservé son maillot blanc de meilleur jeune.

À l’arrière du podium protocolaire où il venait d’endosser le maillot blanc de ce Tour de France pour la seconde journée consécutive, Wout Van Aert est tombé dans les bras de Julian Alaphilippe. Une accolade emplie de respect que le triple champion du monde a conclue par une confession à l’oreille du Français : "Tu étais tout simplement trop fort pour moi aujourd’hui."

Le Campinois se serait pourtant bien imaginé endosser une autre tunique que celle récompensant le meilleur jeune lundi soir à Épernay. "Lorsque j’ai constaté que mon équipier Mike Teunissen (NdlR : leader du classement général lundi matin) était distancé dans les côtes qui jalonnaient les quarante derniers kilomètres de cette étape, je me suis vu en jaune", confiait le coureur de chez Jumbo-Visma. "Mes sensations étaient vraiment bonnes, mais quand Julian (Alaphilippe) a attaqué, il m’était alors impossible de répondre. Le Français m’a enlevé le pain de la bouche…"

Les équipiers de l’Anversois se sont ensuite mis à la planche pour tenter de ramener Wout Van Aert sur l’homme de tête.

"Laurens De Plus et George Bennett ont effectué un gros boulot, mais il n’y avait pas suffisamment d’équipes réellement motivées pour collaborer dans cette poursuite", continuait le champion de Belgique de contre-la-montre. "Lorsque j’ai vu que les Ineos passaient en tête, j’ai compris qu’on ne reviendrait pas sur Alaphilippe car ils ne roulaient pas avec l’objectif de revenir sur la tête de course mais plutôt de protéger leurs deux leaders, Bernal et Thomas. Cela m’a mis un petit coup au moral car c’était une fantastique opportunité qui s’envolait pour moi… C’est sans doute pour cela que je n’ai pas livré mon meilleur sprint. Je savais que le jaune me filait de toute façon sous le nez…"

Si Wout Van Aert avait fait de cette troisième étape un objectif, il confessait avoir été surpris par la difficulté d’un final dessiné en montagnes russes.

"Lorsque je les avais analysés dans le livre de route, j’avais le sentiment que ces quarante derniers kilomètres ressemblaient un peu à une partie de l’Amstel Gold Race. Mais cela était en fait beaucoup plus difficile avec certains passages à près de 15 % ! Le maillot jaune quitte l’équipe mais nous avons vécu un début de Tour incroyable. Et ce mardi, nous tenterons de porter Dylan Groenewegen vers le succès à Nancy."