Remco Evenepoel avait sans doute rêvé d'une toute autre conclusion à sa première journée de course en 2020.

Le coureur de chez Deceuninck-Quick Step a en effet été victime d'une chute impliquant plusieurs dizaines d'autres coureurs dans le final de la première étape (163,5km) du Tour de San Juan, à 3,5 kilomètres de l'arrivée.

En colère après avoir franchi la ligne 1 minute et seize secondes après le vainqueur du jour, le Français Rudy Barbier (Israël-Start up Nation), le Brabançon pensait alors que ses chances de victoire finale sur la course argentine s'étaient ainsi envolée. Mais, après une plainte de son directeur sportif Davide Bramati auprès du collège des commissaires, le jury décida finalement (trois heures après l’arrivée) de classer dans le même temps que le premier peloton tous les coureurs impliqués dans cette chute. "Il s'agit d'une décision logique, c'est un spectateur qui a provoqué cette chute", commentait ainsi le technicien de l'équipe belge.


D'après les images de la télévision, il semblerait qu'une spectatrice ait accroché le guidon de l'Américain Brandon McNulty (UAE) qui emporta dans sa chute une dizaine d'autres coureurs dont Laporte et Sepulveda.

"Je ne sais pas trop comment cette chute est arrivée, cela s'est passé devant moi, expliquait le champion d'Europe de chrono. J'avais imaginé autre chose pour l'entame de ma deuxième saison chez les pros... Je vais bien et demain est un autre jour."

Le maillot souillé, Evenepoel a rejoint son, hôtel à vélo sans sembler trop souffrir. "Il est tombé sur son épaule et sa hanche gauche", commentait sur place le médecin de l'équipe Deceuninck-Quick Step. "Mais il n'y a pas de plaies."