Et de six ! Six victoires, déjà, en 26 jours de courses à peine pour ses débuts chez les pros. Cela aurait même dû être sept s’il n’avait pas été emmené au sol après la manœuvre dangereuse de Sam Welsford sur l’étape d’ouverte des Quatre Jours de Dunkerque qu’Arnaud De Lie semblait bien parti pour remporter.

Deux jours après avoir dominé la Flèche de Heist, samedi, le néo-pro wallon s’est imposé ce lundi sur le Tour du Limbourg. Soit sa troisième victoire d’affilée, puisqu’il avait été le plus rapide sur le Grand Prix Marcel Kint juste avant.

Avec le phénomène de Lescheret, tout semble facile, ou presque. Samedi, il a impressionné par sa maîtrise, son sens aiguisé de la course et, bien évidemment, son incroyable force athlétique. Il a pris ses responsabilités en répondant aux attaques dans la dernière montée, située juste avant l’arrivée, pour se présenter dans la dernière ligne droite avec Piet Allegaert et Giacomo Nizzolo, tandis que Mark Cavendish avait été un peu distancé sur cette ascension très explosive.

Et ce lundi, il n’a jamais été inquiété. Bien aidé toute la journée par son équipe Lotto-Soudal, notamment par Philippe Gilbert qui a réagi aux attaques du final, il a abordé le sprint en montée idéalement placé. Et il n’a pas vu la chute qui a éliminé Mark Cavendish ou Gerben Thijssen. "J’ai pris la roue du train de Bora-Hansgrohe, qui était bon", explique-t-il. "J’étais dans la roue de Sam Bennett dans le dernier virage, que j’ai abordé en troisième position."

Il semblait sûr de lui, sûr de sa victoire, déjà. Son accélération pour remonter et déposer le sprinter irlandais a été impressionnante. Arnaud De Lie s’est même offert le luxe de prendre le temps de se retourner deux fois. Mais il avait le temps : ses premiers poursuivants étaient à deux longueurs ! Il a pu se relever pour savourer son succès et pointer son maillot Lotto-Soudal (il a fait savoir qu’il compte prolonger dans cette équipe pour deux ou trois ans). Tout en s’amusant à mimer les cornes d’un taureau. De quoi renforcer encore plus son surnom du "Taureau de Lescheret" ! Vivement de le revoir à l’œuvre samedi, sur l’épreuve À travers le Hageland !