Le Slovène de Jumbo-Visma était attentif lorsque l'équipe Astana-Premier Tech a tenté un coup en descente et a ainsi réussi à fausser compagnie aux UAE Team Emirates du leader Brandon McNulty et de son compatriote Tadej Pogacar. "Je suis très heureux de cela" a expliqué Roglic. Ces derniers mois, Roglic avait vu ses espoirs s'envoler dans les dernières étapes alors qu'il était leader du général au Dauphiné et au Tour de France l'an passé et à Paris-Nice cette année. Cette fois, c'est lui qui a gâché la fête des UAE Team Emirates.

"Je n'ai jamais vraiment accordé beaucoup de crédit à ce que le monde extérieur raconte sur moi, que je ne serais pas capable de finir le travail dans les dernières étapes", a confié le Slovène. "C'est vrai que ça a mal tourné plusieurs fois, mais souvent c'était simplement de la malchance brutale. Je suis très heureux de cette victoire. Cette journée s'est déroulée sans problème et je me suis vraiment bien amusé."

"Nous savions tous que ce serait une étape difficile, courte mais intense, du début à la fin, sur 111 km. Et c'était le cas. Quand tu as une longue étape, tu as parfois environ 100 km ennuyeux, ici c'était à bloc dès le départ. C'était très dur. J'ai suivi ce mouvement dans la descente et ça a bien tourné pour moi. Je suis heureux d'avoir gagné ici. Je roule volontiers ici, c'est toujours dur, mais je me suis amusé dès le premier jour. La course ici me convient et c'était une semaine plaisante, surtout parce que Jonas (Vingegaard, ndlr) s'est classé deuxième et nous avons gagné ici avec une équipe jeune."