Six ans après sa dernière victoire sur le Tour de France, le Britannique Mark Cavendish a remporté sa 31e étape sur les routes françaises ce mardi. Une victoire qui a donc une saveur très particulière pour le sprinteur qui, il y a moins d'un an, était en pleurs après Gand-Wevelgem, persuadé que sa carrière était terminée. C'était donc sans compter sur Patrick Lefevere, qui a (re)proposé un nouveau contrat au "Cav" dans son équipe Deceuninck-Quick Step. Et le sprinteur de l'île de Man a petit à petit retrouvé le chemin de la victoire, jusqu'à ce mardi à Fougères, où il a aussi endossé le maillot vert du classement par points.

Dans le bus de l'équipe Deceuninck, l'émotion était à son comble lorsque Cavendish a franchi la ligne d'arrivée en vainqueur, après avoir remonté le Belge Jasper Philipsen notamment. "Tout le monde était très ému. Nous avons déjà gagné plus de 100 fois dans un grand Tour, mais je ne pense jamais avoir vu tout le staff pleurer dans le bus", a commenté Patrick Lefevere, le manager de l'équipe belge, après la victoire de son sprinteur britannique, "Même Wilfried Peeters (le directeur sportif du team,ndlr), qui est avec moi depuis 1993, pleurait pour la première fois".


Mark Cavendish et son boss sont d'ailleurs tombés dans les bras l'un de l'autre après l'arrivée. "C'est incroyable", s'est encore réjoui Patrick Lefevere, dont le coeur s'était "littéralement brisé en deux" lorsqu'il a vu Cavendish en larmes à Gand-Wevelgem. "Nous avons toujours gardé un bon contact après son départ de l'équipe (en 2016). Nous avons beaucoup parlé et il est revenu chez nous pour peu d'argent, mais il court maintenant comme s'il renaissait". 

© Deceuninck Quick Step