Rassuré sur l’état de son genou, Boonen a décidé de courir l’épreuve préparatoire au Tour des Flandres. Sera-ce suffisant ?

BRUXELLES Le malheur des uns faisant le bonheur des autres, les organisateurs des Trois Jours de La Panne ont été heureux d’apprendre, dès dimanche soir, que Tom Boonen disputerait leur épreuve après trois ans d’absence. Le champion de Belgique ne devait pas courir l’épreuve, mais la répétition de ses ennuis et son manque de compétition l’ont contraint à changer son programme.

Touché au genou droit, dimanche, après une chute survenue au km 120 de Gand-Wevelgem, le coureur d’Omega Pharma-Quick Step a modifié ses plans, espérant recouvrer in extremis la forme qui doit lui permettre de concurrencer Fabian Cancellara et Peter Sagan, devenus le week-end dernier couple de grands favoris du Tour des Flandres.

“Mon genou est encore gonflé et me fait souffrir”, disait Boonen hier matin, “mais à une semaine du Ronde, j’ai besoin de kilomètres de course, je dois acquérir du rythme.”

Le Campinois se refuse à tirer des plans sur la comète. Il possède d’ailleurs, dans son équipe, deux candidats au succès, Sylvain Chavanel, le dernier lauréat de l’épreuve, pour la victoire finale, et Mark Cavendish, privé de victoire (même s’il a remporté le chrono par équipes de Tirreno ) depuis le 8 février dernier, ce qui, pour le Britannique, semble toujours une éternité.

“On verra jour après jour comment évolue ma blessure et ma condition”, poursuivait Tom Boonen qui s’est entraîné sur rouleaux, hier matin avant de rejoindre ses équipiers.

“Tom connaît son corps et se connaît mieux que personne”, analysait aussi Rik Van Slijcke, le directeur sportif de service chez Omega Pharma-Quick Step. “Qu’il prenne le départ est le signe que ses blessures ne sont pas trop graves, mais il faut cependant toujours rester prudent. On verra comment réagit son genou, après sa chute. Nous évaluerons, jour après jour, l’évolution de sa blessure.”

Comme chaque année, les Trois Jours de La Panne seront le théâtre de deux courses dans la course, Celle de ceux qui, sur des routes et difficultés qu’ils retrouveront dimanche prochain pour certaines, ne voudront pas donner le moindre coup de pédales de trop avant le Tour des Flandres et celle de ceux qui chercheront au contraire à profiter de la situation pour conquérir un succès partiel pour les uns, la victoire finale pour les autres, d’une épreuve si particulière, courue en quatre volets.



© La Dernière Heure 2013