Le Néerlandais Hein Verbruggen a annoncé sa décision de "démissionner définitivement" de l'UCI dont il était le vice-président depuis trois ans


VARÈSE "J'ai dû être coopté à ce poste pour pouvoir continuer à être le président de la commission de coordination des JO de Pékin, un travail que j'ai adoré", a déclaré Hein Verbruggen, qui a démissionné du Comité international olympique (CIO) au dernier jour des JO en Chine.

"Je vais avoir le temps de lire et d'étudier l'histoire !", a ajouté le Néerlandais en évoquant sa retraite à l'âge de 67 ans. Hein Verbruggen a précisé qu'il était encore membre du Conseil professionnel ("mais ça ne va pas durer") et qu'il restait président de l'AGFIS (association des fédérations internationales de sport) jusqu'en 2011.

Homme fort de l'UCI depuis sa prise de pouvoir en 1991 après avoir oeuvré à la réunification des secteurs amateurs et professionnels, le dirigeant néerlandais a profité de ce départ pour brosser un tableau rapide du paysage cycliste.

"Il est clair que nous sommes dans un creux", a-t-il reconnu en regrettant la division des quatre dernières années marquées par le conflit entre l'UCI et l'organisateur du Tour de France (ASO) au sujet du ProTour, un système conçu et mis en place par lui-même.

"Il y a beaucoup de travail à faire, à commencer par un accord", a-t-il ajouté. "Je pense qu'on y va".

"Le problème du dopage n'est pas plus grand dans le cyclisme que dans d'autres sports, a déclaré également Hein Verbruggen. Mais nous avons malheureusement cette image et l'image est souvent plus importante que le fait même".

© La Dernière Heure 2008