Cyclisme Le Samyn, l’Eurométropole Tour et Binche-Chimay-Binchay disparaissent de ce challenge de régularité.

Présentée en début de semaine par ses organisateurs, la nouvelle mouture de la Coupe de Belgique (qu’il faudra désormais appeler la Bingoal Cycling Cup et non plus la Napoleon Games Cup) prendra un fort accent flamand en 2019, puisque le Circuit de Wallonie, promu cette année en catégorie 1.1, sera la seule des huit manches disputées au sud du pays.

Après avoir intégré ces trois dernières années une épreuve dirigée par Nick Nuyens, le GP Samyn, l’Eurométropole Tour et Binche-Chimay-Binche ont en effet choisi de sortir de ce challenge de régularité.

"La motivation première tient à un désaccord entre les organisateurs de cette Coupe de Belgique et la RTBF quant aux normes de retransmissions, commente Jean-Luc Vandenbroucke, le directeur de course du Samyn et de Binche-Chimay-Binche. Or, une diffusion sur les antennes de la télévision francophone publique est évidemment essentielle pour nos partenaires. Ce choix ne m’inquiète pas véritablement car, si ce ne sont quelques économies d’échelle liées à la logistique, je ne peux pas dire que le fait de bénéficier du label ‘Coupe de Belgique’ ait décuplé le statut de notre épreuve. La participation des différentes équipes se négociait ainsi au cas par cas, et je suis certain que notre plateau ne pâtira pas de ce départ."

Directeur des sports de la RTBF, Michel Lecomte détaille le désaccord technique qui opposait la chaîne publique aux organisateurs de la Coupe de Belgique. "La production télévisuelle de certaines épreuves, captées en 4G, ne répondait pas à nos standards de diffusion. Nous nous sommes donc réunis avec les organisateurs wallons afin de débattre de cette problématique et avons décidé de les soutenir en effectuant un important effort financier pour permettre la retransmission de leurs épreuves. Le sport cycliste est un merveilleux vecteur de la mise en valeur des territoires, mais il coûte aussi très cher à retransmettre. Hélicoptères, relais, motos : tout cela fait vite gonfler la facture. Nous considérions cependant qu’il nous appartenait de les aider. Il faut également avouer par ailleurs que, au bout d’un contrat de trois ans, nous avons fait le bilan de notre collaboration avec cette Coupe de Belgique et que l’intérêt pour certaines de ses manches était, à tout le moins, relatif. Nous nous sommes donc engagés dans un autre projet qui, espérons-le, participera à faire grandir ces courses wallonnes."