Le Colombien Ivan Ramiro Sosa s'est adjugé cette dernière étape, qui s'achevait par une ascension de 4,2 km à du 11%.

Evenepoel a pris la tête du général grâce à sa victoire jeudi au sommet du Picon Blanco. Le jeune Belge, 20 ans, décroche déjà la 12e victoire de sa carrière, la 7e de sa saison après une étape et le classement final du Tour de San Juan et deux étapes et le classement final du Tour de l'Algarve.

Samedi, Evenepoel a pris la troisième place de l'étape, à 11 secondes de Sosa, qui s'offre à 22 ans un 11e succès professionnel. Le Colombien a devancé de 9 secondes l'Espagnol Mikel Landa (Movistar).

Evenepoel est le premier Belge à inscrire son nom au palmarès du Tour de Burgos, dont les deux dernières éditions ont été remportées par Sosa.

Dans l'ascension finale de cette étape de 158 kilomètres, Landa, qui était troisième à 32 secondes, est passé à l'attaque aux 3 kilomètres avant une tentative d'Evenepoel. Sosa, le tenant du titre mais hors jeu pour la victoire finale après avoir été distancé jeudi dans la première arrivée au sommet, a mis le point final sur les dernières rampes.

L'arrivée était jugée à Laguna de Neila, à 1869 mètres d'altitude, après une montée de 4,2 kilomètres à 11% de pente moyenne. A deux kilomètres du but, il ne restait que trois hommes en course pour la victoire d'étape: Ivan Sosa (Ineos), Mikel Landa (Bahrain-Merida) et Remco Evenepoel (Deceuninck-Quick Step). Landa faisait alors le forcing pour tenter de faire craquer notre compatriote mais c'est bien le coureur de Schepdael qui plaçait la première attaque, à 1,3 kilomètre du but.

Mais une fois n'est pas coutume, notre compatriote était repris. Et même mis en difficulté dans les derniers hectomètres lorsque Sosa, complètement largué au classement général, s'envolait vers la victoire d'étape. Landa prenait la deuxième place, avec deux petites secondes d'avance sur le jeune loup du Wolfpack, qui s'adjuge donc sa troisième course par étapes en autant de tentatives cette saison. Mieux, c'est la première qu'il remporte alors qu'elle est dépourvue de contre-la-montre, son exercice favori.

Au général, Evenepoel s'impose avec 30 secondes d'avance sur Landa. Son équipier Joao Almeida, quatrième samedi, a complété le podium à 1:12, au détriment du Colombien Esteban Chaves (Mitchelton-Scott), quatrième à 1:26 après avoir perdu 1 minute dans la dernière étape. Ben Hermans (Israel Start-Up Nation) se classe septième à 2:25.

"Mission réussie"

"Je ne pouvais pas perdre de temps aujourd'hui, je voulais garder le maillot et j'ai réussi. Mais j'ai eu du mal, surtout que la montée n'était pas vraiment mon truc. Mais j'avais Landa dans ma ligne de mire en permanence et j'ai pu contrer ses attaques. C'était difficile. J'ai été surpris et j'ai dû me battre à fond. Mais j'ai gardé le maillot. C'était plus dur qu'il y a deux jours quand j'ai gagné l'étape. Heureusement j'avais une bonne équipe autour de moi et j'ai achevé le travail", a expliqué Evenepoel.

"L'équipe a parfaitement fonctionné, m'a maintenu en bonne position et c'était mon travail de conclure comme je l'ai fait. Je suis heureux. C'est ma première participation au Tour de Burgos et j'ai apprécié. C'était ma troisième course à étapes cette saison et je gagne pour la troisième fois." "Mission accomplie", a lancé Evenepoel en guise de conclusion.