Cyclisme

Le coureur kazakh Valentin Iglinskiy, 30 ans, a fait l'objet d'un contrôle antidopage positif à l'EPO, a-t-on appris mercredi auprès de l'Union cycliste internationale (UCI) qui lui a "notifié un résultat d'analyse anormal (présence d'EPO dans un échantillon)".

Le cadet des frères Iglinskiy, qui est retourné dans l'équipe Astana en début d'année, a été contrôlé positif le 11 août dernier à l'Eneco Tour. Il a été suspendu à titre provisoire par l'Union cycliste internationale (UCI) dans l'attente d'une décision définitive à son encontre. Mais il a d'ores et déjà été licencié par son employeur kazakh.

Valentin Iglinsky ne compte aucune victoire majeure à son palmarès. Son frère aîné Maksim avait remporté Liège-Bastogne-Liège en 2012.

"Il a reconnu avoir consommé des produits interdits à son initiative personnelle et sans en avoir informé le staff médical de l'équipe", a expliqué Astana dans un communiqué.

Celui-ci précise qu'il n'entre pas dans la politique de l'équipe de défendre un coureur fautif en matière de dopage et qui n'a pas respecté les règles du code éthique figurant dans son contrat. Il est par conséquent licencié sur le champ, Astana tenant à souligner ainsi sa politique en faveur d'un cyclisme propre..."

Le communiqué de l'UCI stipule que "le coureur a le droit de demander l'analyse de l'échantillon B et d'y assister. L'UCI ne fera pas d'autres commentaires à ce stade de la procédure".