La Fédé internationale veut également suspendre l'Espagnol

BRUXELLES On se demande comment un coureur comme Alejandro Valverde parvient à trouver l'énergie pour prendre le départ d'une course. S'il est innocent et n'a pas trempé dans le sang souillé de l'affaire Puerto, il doit, certes, avoir la rage mais aussi une grande lassitude de se voir constamment accusé.

Par contre, s'il était bien un client du cabinet d'Eufemanio Fuentes, cela ne doit pas être évident de se dire que l'on peut tomber à tout moment...

Car le Comité Olympique italien n'est pas prêt de le lâcher. Pour rappel, il auditionnera l'Espagnol le 11 mai. Et l'Union Cycliste Internationale veut le suivre de près, elle qui avait déjà essayé, en vain, d'interdire la participation de Valverde au Championnat du Monde 2007 pour son implication supposée dans cette bien triste affaire.

L'UCI sera d'ailleurs présente le jour de l'audition et a fait savoir qu'elle rejoignait le CONI dans son accusation. Car si le procureur antidopage de Rome réclame une suspension de deux ans, celle-ci ne sera valable que sur les courses italiennes. Raison pour laquelle l'UCI veut intervenir pour que cette sanction devienne mondiale. Jusqu'ici, Valverde a toujours nié.



© La Dernière Heure 2009