Un deuxième Belge aurait dû faire partie du groupe qui sprinta sur les talons des fugitifs. Sans la chute de Tom Dumoulin, Wout Van Aert aurait plus que certainement basculé avec les meilleurs au sommet du col des Quatre Chemins. Mais le vainqueur des Strade Bianche et de Milan-Sanremo n’hésita pas une seconde à s’arrêter en voyant Tom Dumoulin se faire balancer (involontairement) par Michal Kwiatkowski afin de relancer au plus vite le Néerlandais.

Pour Wout Van Aert, il n’était plus possible après qu’il rejoigne Nice avec le petit peloton des favoris. "J’ai toujours dit que je suis ici pour aider mes leaders et pas pour penser à mes chances personnelles", a répété l’Anversois.

Un autre compatriote se trouvait dans le groupe de tête au premier passage sur la ligne d’arrivée avant d’en être éjecté. "La journée a été dure, notamment à cause de la température", analysait Jasper Stuyven. "Dans le col d’Eze, j’étais encore bien et j’espérais survivre à la dernière difficulté, mais Bob (Jungels) a imprimé un rythme très élevé d’abord, puis Julian (Alaphilippe) a attaqué. Pour moi, c’en était trop, j’ai craqué. En soi, ma prestation n’est pas mauvaise, mais c’est devant qu’il fallait être. On verra ce lundi, si je suis devant, je sprinterai."

Tiesj Benoot, lui, travaillera dans la finale de la 3e étape pour Cees Bol, le sprinter de Sunweb. "Je ne me sens pas encore super, j’ai souffert du dos au Dauphiné, ça va mieux, mais j’ai besoin de quelques jours pour retrouver la condition", expliqua le Gantois, lâché dans le col d’Eze.