Le ciel de Mathieu van der Poel s’est éclairci au bon moment. Et même s’il n’est pas encore totalement bleu, le Néerlandais de 26 ans a réussi à évacuer les gros nuages noirs qui menaçaient son horizon il y a encore quelques semaines. Juste à temps pour prendre le départ des mondiaux avec une once d’ambition.

"Mon problème n’est pas encore tout à fait réglé mais je ne m’attends pas à devoir abandonner à cause de douleurs au dos. Bien sûr, je n’ai pas eu la préparation idéale, mais j’ai travaillé dur ces dernières semaines pour être au départ ici, et je ne viens pas juste pour rouler", assure le coureur Alpecin-Fenix.

Mathieu van der Poel a attendu lundi pour officialiser sa participation à la course en ligne, lui qui est handicapé par un problème de dos qui s’est aggravé à l’occasion de sa chute survenue lors de l’épreuve VTT des JO de Tokyo. Car le Néerlandais a voulu s’assurer de pouvoir prendre le départ avec une condition physique décente.

"Difficile de dire comment est ma forme ac tuellement. Mais j’ai tout fait pour être au top ici. Je sens que je suis prêt, sinon je ne prendrais pas le départ", explique le quadruple champion du monde de cyclo-cross.

Vainqueur dès son retour à la compétition, le 12 septembre à l’Antwerp Port Epic, Mathieu van der Poel ne peut être totalement écarté au moment de désigner les favoris pour revêtir le maillot arc-en-ciel. Même si le Néerlandais a conscience qu’il part avec une belle longueur de retard sur son rival historique, Wout van Aert. "Il est prêt. Il ferait un beau champion du monde. Il y a peu de coureurs qui sont plus rapides que lui sur une arrivée comme celle-là", concède le coureur Alpecin-Fenix.

En dépit de l’immense respect qu’il affiche envers son frère ennemi, Mathieu van der Poel ne se privera sans doute pas d’empêcher le sacre annoncé de l’Anversois, si l’occasion se présente.